Coronavirus : des mesures de restriction "perdureront" après le confinement affirme Castex

  • A
  • A
Castex, Jean Castex, Assemblée
Le Premier ministre Jean Castex était auditionné mardi à l'Assemblée nationale. © ASSEMBLEE NATIONALE / AFP
Partagez sur :
Auditionné à l'Assemblée nationale mardi, le Premier ministre Jean Castex a affirmé que des mesures restrictives perdureraient après la fin du confinement. La rupture de l'isolement devrait aussi s'accompagner d'un renforcement de la politique de tests.

"Des dispositions de freinage", c'est-à-dire des mesures de restriction, "perdureront" après le confinement, a déclaré mardi Jean Castex à l'Assemblé nationale, en précisant que l'épidémie de Covid-19 devrait être "gérée plus dans la durée". "Mieux la phase actuelle de confinement produira ses effets, plus vite nous pourrons passer à une phase suivante, mais qui ne sera pas un retour à l'ante confinement", a affirmé le Premier ministre devant la commission d'enquête de l'Assemblée sur la gestion de la crise du coronavirus.

 

Éviter le "stop and go"

"Il y aura des dispositions de freinage qui perdureront", par exemple dans certains ERP (établissement recevant du public) parce que la situation se sera améliorée mais pas suffisamment", a-t-il poursuivi. "L'idée est que nous gérions plus dans la durée", a-t-il ajouté, plaidant pour "éviter le stop and go", c'est-à-dire l'alternance de périodes de confinement et de déconfinement.

Le Premier ministre a rappelé qu'une échéance au 1er décembre avait été fixée par Emmanuel Macron afin de revoir ou non les modalités de l'actuelle confinement. "On fera les annonces dès que nous aurons calé les décisions" mais "il faut que les taux d'incidence continuent d'être orientés à la baisse, que les services de réanimation soient moins saturés", a-t-il souligné.

Une lourde organisation logistique

Jean Castex a par ailleurs relevé que la "phase suivante" serait marquée par un accroissement de "la politique de tests, ce qui sera rendu possible par l'arrivée de la nouvelle génération de tests antigéniques". "Mais cela supposera une lourde organisation logistique puisqu'il s'agit à la fois de tester, mais aussi d'alerter et de protéger les personnes positives et leurs cas contact", a-t-il pointé.

Durant son audition, Jean Castex, arrivé début juillet à Matignon après avoir été à la manœuvre lors du déconfinement sous l'égide d'Edouard Philippe, a défendu son action et a récusé toute impréparation de la deuxième vague, en rappelant notamment avoir pris une série de décrets dès l'été sur le port du masque. L'audition du Premier ministre était la dernière dans le cadre de la commission d'enquête, constituée en septembre et qui va poursuivre ses travaux au format mission d'information.