Coronavirus : des masques FFP2 moisis livrés à La Réunion

  • A
  • A
masques FFP2
Avant la livraison, les masques avaient subi un contrôle visuel. (Photo d'illustration) © FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :
Des milliers de masques FFP2 livrés mardi par l'ARS de La Réunion aux pharmaciens locaux se sont révélés être "défectueux". Recommandant de "procéder sans délai à leur destruction", l'Agence régionale de santé a indiqué qu'une nouvelle livraison était programmée. 

Des masques FFP2, provenant du "stock régional" et livrés mardi par l'Agence régionale de santé (ARS) de La Réunion aux pharmaciens, se sont avérés moisis, obligeant l'ARS à recommander mercredi leur destruction, avant une nouvelle livraison dans les deux jours.

36.000 masques FFP2, dont un nombre important "défectueux"

"Dans l’attente de la distribution nationale et vu l’urgence à fournir des masques pour protéger les professionnels de santé" du coronavirus, le préfet et la directrice générale de l’ARS, en accord avec les syndicats de médecins, pharmaciens et infirmiers, avaient "décidé de procéder à une distribution des masques provenant du stock régional historique et stratégique, comme cela se fait, depuis des semaines, au niveau national", a expliqué mercredi l'ARS, dans un communiqué. Au total, plus de 36.000 masques FFP2 ont été livrés mardi, représentant selon l'ARS "30% des quantités devant être distribuées aux professionnels de santé". 

Mais dès mercredi soir, "certains pharmaciens ont alerté l’ARS sur le nombre important de masques FFP2 défectueux", a précisé l'ARS. Certains présentaient notamment des traces de saletés et de moisissures. "Les masques ont peut-être été vérifiés, mais sur le terrain il y a beaucoup de masques pourris", a expliqué Sébastien Lallemand, président de la FNI (Fédération nationale des infirmiers) Réunion.

Un stock "constitué depuis plusieurs années"

Le stock, "constitué depuis plusieurs années et conservé au CHU de La Réunion, avait fait l’objet il y a environ une semaine d’un premier contrôle visuel sur échantillons par les équipes de l’ARS", ajoute l'agence régionale de santé. "Toutes les parties prenantes étaient convaincues, compte tenu du niveau d’information dont elles disposaient, que les contrôles préalables, avant délivrance sur cette catégorie de masques, étaient adéquats", a précisé l'ARS. "Tel n’a pas été le cas, du fait d’une incompréhension et d‘une coordination manifestement insuffisantes entre l’ARS et la pharmacie du CHU".

Mercredi, l'ARS a demandé aux pharmaciens de cesser toute nouvelle distribution de ces masques FFP2, et aux professionnels de santé qui en ont reçus de "procéder sans délai à leur destruction". L'agence a précisé que "50% d’entre eux seront remplacés dans les deux jours qui viennent". En outre, "chaque unité manquante de FFP2 sera compensée, au moment de la nouvelle distribution, par une unité de masque chirurgical, de façon à ce que chaque professionnel reçoive bien l’intégralité de sa dotation pour deux semaines d’usage", a précisé L'ARS.