Comment recruter plus de femmes dans les écoles d'ingénieurs ?

, modifié à
  • A
  • A
Les femmes ne représentent que 27% des effectifs des écoles d'ingénieurs.
Les femmes ne représentent que 27% des effectifs des écoles d'ingénieurs. © StockSnap via PIXABAY
Partagez sur :
Les écoles d'ingénieurs françaises font face au double constat d'un manque d'effectifs et d'une faible représentation des femmes parmi leurs élèves. Philippe Dépincé, directeur de Polytech Nantes et président de la commission formation et société de la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieur, explique sur Europe 1 les mesures qu'il souhaite mettre en place pour recruter plus d'étudiantes.

L'égalité homme-femme est encore loin d'être atteinte dans les écoles d'ingénieurs : les femmes ne représentent qu'un quart des effectifs. Pourtant, c'est un secteur qui recrute et qui manque même de candidats. Philippe Dépincé, directeur de Polytech Nantes et président de la commission formation et société de la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs, explique sur Europe 1 qu'il envisage plusieurs mesures pour recruter plus de filles.

"Il faudrait former à peu près 50.000 ingénieurs par an. On en forme 39.000, donc il y a de la place", pose d'emblée Philippe Dépincé. A ce constat, il ajoute un paradoxe. 47% des élèves de terminale S en France sont des jeunes femmes. Pourtant, elles ne représentent que 27% des effectifs des écoles d'ingénieurs.

Actions de communication

Le directeur de Polytech Nantes envisage donc de "féminiser [les] formations d'ingénieurs". Il s'agit d'abord d'effectuer des actions de communication auprès des lycées et même des collèges. "On met en avant le fait que toutes les filles ont leur place dans ces écoles". Elle devraient également être mieux représentées au sein des associations d'élèves. Ces mesures pourraient selon lui les faire se sentir plus à l'aise dans cet environnement.

Enfin, Philippe Dépincé envisage de faire appel aux anciennes étudiantes, diplômées, pour "expliciter les métiers" et ainsi soutenir cette démarche de féminisation.

Europe 1
Par Maud Descamps, édité par Antoine Cuny-Le Callet