Clément Beaune détaille le pass sanitaire européen qui devrait entrer en vigueur fin juin

, modifié à
  • A
  • A
Clément Beaune était l'invité du "Grand Rendez-vous" sur Europe 1 dimanche. 2:00
Clément Beaune était l'invité du "Grand Rendez-vous" sur Europe 1 dimanche. © Europe 1.
Partagez sur :
Le pass sanitaire sera utilisé en France à partir du 9 juin pour accéder aux rassemblements de plus de 1.000 personnes, puis à partir de la fin juin pour circuler dans l'Union européenne. Invité dimanche du Grand Rendez-vous sur Europe 1, Clément Beaune a détaillé ses conditions d'utilisation. 

Le déconfinement se précise en France et en Europe. Alors que le coronavirus circule toujours, les autorités misent sur la création d'un pass sanitaire pour éviter toute reprise épidémique. Il sera nécessaire à partir du 9 juin pour accéder en France aux "lieux où se brassent les foules", comme les stades, les festivals et les foires. La seconde étape sera de l'harmoniser au niveau européen "autour du 20 juin", explique Clément Beaune, invité dimanche du Grand Rendez-vous sur Europe 1.

Un seul code reconnu partout en Europe

Comme pour accéder aux grands rassemblements en France, il faudra pour circuler en Europe cet été un pass sanitaire valide, soit un certificat de vaccination complet - avec les deux injections effectuées - ou bien un test PCR négatif effectué 48 heures avant le déplacement. "Le code sera le même pour aller à un festival ou pour voyager", assure Clément Beaune. Reconnu par les autorités sanitaires européennes, ce code permettra de se rendre partout dans l'Union, "de Paris à Athènes ou de Madrid à Berlin". Clément Beaune ajoute : "Le pass sanitaire n'est pas une obligation de plus mais une chance supplémentaire." 

Le pass sanitaire sera à présenter via l'application Tous Anti Covid ou bien sur papier. Seuls seront reconnus les vaccins déjà approuvés par l'Union européenne, les Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson and Johnson, précise encore le secrétaire d'Etat. Les produits chinois et russe sont de fait exclus du pass sanitaire, pour le moment du moins. 

Quid des quarantaines ?

Reste encore à trancher l'épineuse questions des quarantaines. Certains pays de l'Union, comme le Danemark par exemple, demande aux voyageurs arrivant sur leur territoire de s'isoler pendant 10 à 14 jours. "La quarantaine est encore un point de débat. Quelque pays n'ont pas encore arrêté leur position." Le secrétaire d'Etat est favorable à une levée harmonisée de l'obligation d'isolement au sein de l'Union. "Le pass sanitaire est protecteur, il ne nécessite pas d'autres mesures sanitaires."

Vers l'harmonisation du prix des tests PCR ?

La France est l'un des seuls pays d'Europe où les tests PCR sont gratuits quelqu'en soit le motif. Ce n'est pas le cas en Espagne par exemple, où un test peut coûter jusqu'à 120 euros. Les touristes français qui s'y rendront cet été devront-ils en payer le prix ? "Le Parlement européen demande en ce moment à ce que les tests soient gratuits partout en Europe, mais je ne peux pas dire aujourd'hui si tout le monde acceptera", répond Clément Beaune. L'autre possibilité serait d'adopter un tarif abordable et harmonisé pour relancer le tourisme cet été. 

Dans le même objectif de préserver son activité touristique, la France a en tout cas, elle, fait le choix de rendre les tests PCR gratuits pour les étrangers sur son territoire.

Europe 1
Par Laetitia Drevet