"C’est comme ça qu’on s’informe" : au sein des "gilets jaunes", Facebook plutôt que le "système" médiatique

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Les participants et sympathisants du mouvement rencontrés par Europe 1 ces dernières semaines ne cachent pas leur défiance vis-à-vis des médias traditionnels, préférant des relais "citoyens", au risque de partager des "fake news".

REPORTAGE

"Il y a un nouveau truc ce matin, c’est une histoire de pacte de Marrakech. Apparemment, c’est Macron qui va signer un truc, pour vendre la France et accueillir tous les migrants, le 10 décembre. Et juste après, il va démissionner et le pays sera mis sous tutelle de l’ONU". A Brignoles, au rond-point de sortie de l’autoroute A8, Michel s’étonne que nous n’ayons pas encore eu vent de cette "information" qui court sur les réseaux sociaux. Sur son téléphone, il montre une vidéo de Marine Le Pen pointant "l’acte de trahison" que représente ledit pacte, partagée sur un groupe de "gilets jaunes" sur Facebook. Le Varois, mobilisé depuis le début du mouvement, ne l’a pas encore regardée. Mais il a lu le texte qui l'accompagne et en parle autour de lui. En quelques minutes, tout le rond-point a entendu parler du "pacte" - en réalité sans valeur juridique, et qui n'implique aucune démission du chef de l'Etat.

Des "exactions" prétendument "censurées". Cette scène, vécue mercredi matin à Brignoles, où Europe 1 a passé une journée dans le cadre de son tour de France des mobilisations, n’est pas isolée.  Aux points de blocage, les smartphones passent de main en main.  "Nous gilets jaunes", "la France en colère", "Fly rider infos blocage"… On y consulte la multitude de groupes rassemblant les participants au mouvement. Sur certains d’entre eux, un nouveau "post" est publié toutes les deux ou trois minutes : des appels à manifester dans le calme, mais aussi des messages incitant à se méfier des médias et des vidéos d’interpellations violentes de "gilets jaunes" - plusieurs d’entre elles ont été identifiées comme antérieures au mouvement par des sites de fact-checking comme celui du Monde. "On demande aux médias la censure sur les exactions de la police sur nos enfants", commente une utilisatrice de Facebook. "La nouvelle stratégie des médias pour discréditer le mouvement : choisir les gilets jaunes qui leur conviennent, les amener sur un plateau et les laisser déblatérer et dire tout et n’importe quoi devant les caméras ", affirme un autre.

Alors lorsque nous rencontrons des "gilets jaunes", les premiers échanges sont souvent un peu méfiants quant à nos intentions. "Vous êtes comme Macron", a d’abord lancé Michel. C’est-à-dire ? La réponse est floue. On évoque la "déconnexion" des médias parisiens, le choix de ne traiter "que certains aspects" du mouvement et la crainte de voir ses propos déformés. Le manifestant raconte la visite d'une journaliste d'un quotidien local, dont l'article n'évoquait "pas assez (leurs) revendications". "Quand elle est revenue, elle n’a pas été bien reçue, forcément. Moi je l’ai prise à part et je lui ai dit de s’en aller, simplement. Je me serais interposé s’ils avaient voulu s’en prendre à elle. Mais plus personne ne voulait lui parler." 

"On n'a pas confiance dans le pouvoir". Céline, une autre manifestante rencontrée sur le rond-point, décrit ses conditions de vie et dit sa détermination. "Un moratoire, c'est reculer pour mieux sauter", commente-t-elle lorsqu'on l'interroge sur les récentes annonces d'Edouard Philippe à propos des taxes sur le carburant -finalement annulées pour 2019. Comment les a-t-elle suivies ? "On m'a raconté, en gros", concède-t-elle. Comme la plupart des "gilets jaunes" rencontrés, son téléphone portable lui sert à consulter les réseaux sociaux, mais pas les sites de médias. "Parce qu'on n'a pas confiance dans le pouvoir, tout ça. Une information qui vient d'un gilet jaune, de gens comme nous, ça a plus de chances d'être vrai. C'est comme ça qu'on s'informe." Un autre manifestant nous tend la vidéo d'une arrestation, filmée au péage de Brignoles, à quelques centaines de mètres de là. L'interpellation est musclée, mais les images ne montrent pas le début de la scène. 

Malgré les critiques, les chaînes d'info en continu sont dopées par le mouvement des "gilets jaunes" : en novembre, BFMTV a fait son meilleur score depuis l'élection présidentielle 2017, avec plus de 20 millions de téléspectateurs certains week-ends. Sur LCI, l'audience a augmenté de 57% par rapport à octobre. Mercredi 28 novembre, l'émission La grande explication, consacrée au mouvement et présentée par David Pujadas, a été regardée par un million de personnes, propulsant la chaîne au premier rang de la TNT. Alors en reportage auprès des "gilets jaunes" et des habitants à Mourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques, Europe 1 avait déjà constaté l'intérêt pour ces programmes.  "Vous avez vu l'aide-soignante chez Pujadas ? Elle était bien", nous avait glissé Noël, retraité "solidaire" du mouvement. 

"Je ne trouve pas de source officielle qui prouve le truc". "On regarde quand on sait qu'un membre du peuple va parler", avance Michel, tout en assurant qu'aucun des "gilets jaunes" fréquentant les plateaux de télévision ne sera érigé au rang de porte-parole, ce qui serait "contraire à l'esprit du mouvement". Mais sur les réseaux, plusieurs noms émergent bien. Il y a Eric Drouet, chauffeur routier de 33 ans, à l'origine du mouvement. Mais aussi Maxime Nicole, alias "Fly Rider", dont les vidéos sont parfois visionnées par plusieurs centaines de milliers d'internautes. Dans l'une des dernières, il évoque le fameux "pacte de Marrakech". "Un accord va être voté par Macron, qui ferait passer la gestion de la France, enfin des pays de l'Europe, par l'ONU. (...) Bon, plein de gens me le disent mais ne trouve pas de source officielle qui prouve le truc." 

A Brignoles, ces comptes privés parfois relais de "fake news" ne sont pas suivis que par les "bloqueurs", mais aussi par les nombreux soutiens du mouvement, affichant souvent leur gilet jaune sous le pare-brise de leur voiture en signe de "solidarité". "Il faut tout suivre sur Snapchat, parce que sur Facebook, c'est censuré", nous glisse une automobiliste rencontrée sur le parking d'un supermarché. Interrogé par La Tribune, un porte-parole de Facebook a précisé que le groupe supprimait bien "les contenus qui promeuvent la violence et la haine à l'égard d'autrui ou qui la soutiennent", sans traitement particulier pour le mouvement.