attentats 13 novembre 2:02
  • Copié
Gwladys Laffitte, édité par Clément Perruche , modifié à
Le procès des attentats de Paris en novembre 2015 continue de recueillir la parole des témoins qui ont assisté aux attaques. En première ligne, les policiers ont été directement confrontés à la violence des attaques. Le brigadier-chef Jean-Baptiste faisait partie des premiers à arriver rue de la Fontaine-au-Roi, où cinq personnes ont été tuées.

Alors que le procès des attentats de Paris se poursuit, c'est désormais aux enquêteurs et aux policiers de témoigner sur ce qu'ils ont vu ce soir-là. Avec sa brigade, le brigadier-chef Jean-Baptiste est arrivé rue de la Fontaine-au-Roi, dans le 10e arrondissement de Paris, où les terroristes ont tué cinq personnes devant le bar La bonne bière et le restaurant Casa Nostra. Sur Europe 1, il raconte le déroulé de cette soirée "terrible à vivre" à laquelle il "repense à chaque fois".

"Je n'avais jamais vu de blessures comme ça"

Jean-Baptiste arrive avec sa brigade peu de temps après que les terroristes ont fait feu sur les clients de ces établissements. "Je vois quelqu'un allongé au sol. Je pense que c'est un accident de la route. Je me dis qu'on va aller voir." Avec ses trois collègues, Jean-Baptiste découvre l'ampleur de la catastrophe. "Je n'avais jamais vu de blessures comme ça. Une personne avait la tête arrachée."

"On s'est sentis impuissants"

À ce moment-là, comme à d'autres endroits de Paris et de Saint-Denis, c'est la panique rue de la Fontaine-au-Roi. "Il y a des gens qui crient, on nous sollicite de partout pour faire des premiers secours." La crainte du policier est que les terroristes soient encore dans les parages. "On se dit : si ça ressort, on donnera tout et on videra les chargeurs." Le policier et son équipe s'en sont beaucoup voulu de ne pas avoir sauvé plus de personnes : "C'est ça qui nous a le plus travaillés. On s'est sentis impuissants." Malgré tout, le policier salue sur Europe 1 "l'entraide" dont les gens ont fait preuve ce soir-là. Un "côté positif" dans une "soirée terrible".