Attentat du Thalys en 2015 : comment la reconstitution va se dérouler

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La reconstitution de l'attentat du Thalys, perpétré le 21 août 2015, a lieu mercredi, pendant plusieurs heures, en présence du suspect. Le lieu est tenu secret.

C'était il y a quatre ans, le 21 août 2015 : un homme armé d'une kalachnikov ouvrait le feu dans la rame d'un Thalys entre Amsterdam et Paris, avant d'être maîtrisé par des passagers héroïques. L'affaire a marqué les esprits et a même fait l'objet d'un film réalisé par Clint Eastwood, Le 15h17 pour Paris.

Mais mercredi, c'est la réalité qui va se rejouer avec les vrais protagonistes de ce dossier puisqu'une reconstitution judiciaire de cet attentat est organisée, en présence du suspect. C'est dans un lieu tenu secret, à l'abri des regards, qu'elle va se dérouler, loin de la ligne à grande vitesse du Pas-de-Calais où l'attaque avait eu lieu, il y a quatre ans.

L'attaque, étape par étape

Mercredi, c'est dans un hangar ferroviaire, quelque part en région parisienne, qu'une rame de Thalys sera spécialement mise à disposition de la justice. Sur place, les juges et leurs greffiers seront présents, mais aussi les enquêteurs de la SDAT (sous-direction anti-terroriste), les experts balistiques, ainsi qu'une quinzaine de témoins directs de l'attentat. Les trois héros américains qui ont maîtrisé le suspect, à l'affiche du film de Clint Eastwood, ne seront pas présents.

En revanche, le terroriste présumé de cet attentat, Ayoub El Khazzani, sera bien là. C'est son avocate qui a insisté pour que cette reconstitution ait lieu, malgré un premier refus des juges d'instruction. 

Fait rarissime dans une affaire de terrorisme, le suspect va reproduire toute l'attaque, étape par étape, à commencer par sa sortie des toilettes, kalachnikov à la main, avant son tir qui a blessé un passager, puis la lutte, jusqu'à son interpellation. La reconstitution doit durer plusieurs heures et pourrait être l'un des derniers actes d'enquête de ce dossier.

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par Thibaud Le Meneec