Attentat du Bataclan : "La justice n'était pas à la hauteur", affirme le père d'une victime

, modifié à
  • A
  • A
Le fils de Jean-Pierre Albertini faisait partie des 130 victimes de l'attentat du Bataclan. 3:10
Le fils de Jean-Pierre Albertini faisait partie des 130 victimes de l'attentat du Bataclan. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Stéphane avait 39 ans quand il a été assassiné le 13 novembre 2015. Cinq ans après, son père, Jean-Pierre Albertini, publie aux éditions Mareuil "Mourir au Bataclan", un livre qui revient sur le deuil de sa famille et sur sa quête de justice.
INTERVIEW

C'est la mort tragique de son fils qui l'a poussé à écrire. Le 13 novembre 2015, Stéphane, 39 ans, a été assassiné au Bataclan, aux côtés de 129 autres victimes. Cinq plus tard, son père, Jean-Pierre Albertini, publie aux éditions Mareuil Mourir au Bataclan, récit d'un deuil et d'une quête de justice. "A l'époque, la justice n'était pas à la hauteur", affirme-t-il samedi matin sur Europe 1. "Les assassins du 13-Novembre avaient tous un passé de délinquant, ils étaient tous fichés, suivis, avaient été interrogés. L'un d'eux était sous contrôle judiciaire. Et pourtant, ils étaient tous dans la nature."

Dans son livre, Jean-Pierre Albertini dresse les comptes. D'un côté, 130 morts, 1.700 parties civiles, 300 avocats. De l'autre, 14 mises en examen et 6 mandats d’arrêt. "C'est un sentiment qui est venu après les assassinats. Un sentiment de grande fragilité, de grande faiblesse. On se sent tout petit face au monstre du terrorisme." Un monstre "nourri par le djihadisme et par des forces extérieures, étrangères à la France. Et désormais par des forces intérieures", ajoute-il. 

"Il s'agit d'une guerre"

Face aux multiples attentats qui ont frappé la France ces dernières années, certains demandent aujourd’hui une justice d'exception pour les personnes jugées pour des faits de terrorisme. Une éventualité à envisager, estime Jean-Pierre Albertini. "C'est une question. Mais à partir du moment où des citoyens libres sont attaqués avec des kalachnikovs, moi j'estime qu'il s'agit d'une guerre. Face à une guerre, il faut des guerriers et tout le processus juridique, judiciaire et pénal qui va avec."

Stéphane était directeur d'un restaurant à Neuilly-sur-Seine. Il a laissé derrière lui un petit garçon aujourd'hui âgé de 9 ans. "Noé, comme tous les enfants orphelins, sait que son père n'est pas là. Mais il ne sait pas exactement comment il mort. C'est compliqué à 9 ans de comprendre cet environnement politico-religieux." De cet attentat et de ceux qui l'ont suivi et précédé, une génération mutilée est née, regrette Jean-Pierre Albertini. "J’espère qu'elle va se relever, et relever le défi auquel nous sommes confrontés. Samuel Huntington a dit que l'on était en pleine guerre des civilisations. Je crains qu'il n'ait raison."

Europe 1
Par Laetitia Drevet