Affaire Mila : Schiappa dénonce les propos "criminels" d'un responsable du culte musulman

  • A
  • A
Marlène Schiappa a réagi aux propos d'Adballah Zekri sur l'affaire Mila.
Marlène Schiappa a réagi aux propos d'Adballah Zekri sur l'affaire Mila. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Alors qu'une lycéenne faisait l'objet de menaces après ses propos controversés sur l'islam, Adballah Zekri, responsable du Conseil français du culte musulman, a à son tour tenu des propos inappropriés à l'encontre de la jeune fille. Mardi, Marlène Schiappa s'est indignée contre ces déclarations, les qualifiant de criminelles.

La secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a qualifié mardi de "criminelles" les déclarations du délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, contre la jeune Mila, une lycéenne qui avait tenu des propos hostiles à l'islam dans une vidéo. Le responsable de l'institution représentative des mosquées, tout en se disant "contre" le fait que cette adolescente de l'Isère ait été menacée de mort sur les réseaux sociaux, avait déclaré vendredi : "Qui sème le vent récolte la tempête."

"Elle l'a cherché, elle assume. Les propos qu'elle a tenus, les insultes qu'elle a tenues, je ne peux pas les accepter", avait déclaré Abdallah Zekri au micro de Sud Radio.

Des mots "indignes d'un leader d'opinion"

"Je trouve que ce sont des propos criminels, ce sont des propos coupables, et je me bats contre cette idée selon laquelle une femme qui serait victime de violence, de cyberharcèlement, ce serait parce que cette personne l'aurait cherché", a réagi Marlène Schiappa mardi sur France Inter. Ces mots sont "indignes d'un responsable, qui est un leader d'opinion et qui a une parole dans le débat public", a-t-elle poursuivi, rappelant que "s'adonner à du cyberharcèlement en meute" constituait "un délit".

Dans un message diffusé sur Twitter après les propos d'Abdallah Zekri, le nouveau président du CFCM, Mohammed Moussaoui, avait pour sa part souligné que "rien ne saurait justifier les menaces de mort à l'égard d'une personne". "C'est la justice qui doit prononcer les sanctions prévues par la loi s'il y a provocation et incitation à la haine", avait-il ajouté. Mardi, Mohammed Moussaoui a publié un communiqué en forme de "mise au point" sur "la polémique soulevée par le propos" d'Abdallah Zekri.

Deux enquêtes ouvertes par le parquet de Vienne 

"L'expression 'elle l'a cherché', utilisée par Abdallah Zekri, et sortie de son contexte, pour pointer la responsabilité de la jeune fille face aux propos qu'elle a tenus, n'était pas appropriée", écrit le président du CFCM. "Depuis, Abdallah Zekri s'est expliqué sur cette expression et a réaffirmé [qu']en aucun cas, il n'avait cautionné les menaces ou insultes" qui la visent, a-t-il poursuivi. "Accuser cet homme, lui-même régulièrement objet de menaces de mort et d'insultes, de verser dans l'extrémisme, est injuste et inacceptable".

Le parquet de Vienne, en Isère, a ouvert deux enquêtes dans l'affaire de la jeune Mila, qui a dû être déscolarisée après un déferlement de menaces de mort. L'une vise les menaces de mort, l'autre a pour objet de déterminer si les propos de l'adolescente relèvent de la "provocation à la haine raciale".