Affaire Estelle Mouzin : Monique Olivier reconnaît un rôle dans la séquestration de la fillette

, modifié à
  • A
  • A
Monique Olivier 1:03
Ces nouvelles indications vont permettre de lancer de nouvelles recherches dès mardi dans les Ardennes. © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :
Selon les informations d'Europe 1, confirmant celles de France info, l'ex-épouse de Michel Fourniret, Monique Olivier, a reconnu avoir eu un rôle dans la séquestration d'Estelle Mouzin dans les Ardennes. Ces déclarations vont orienter les recherches vers de nouvelles fouilles dans les prochains jours. 

Nouvelles révélations dans l'affaire de la disparition d'Estelle Mouzin. Selon les informations d'Europe 1, confirmant celles de France infoMonique Olivier a donné lundi soir des indications qu'elle n'avait jamais donné jusqu'à présent. L'ex-compagne de Michel Fourniret a notamment reconnu avoir eu un rôle dans la séquestration de la jeune fille dans les Ardennes. C'est une nouvelle avancée majeure dans cette affaire, de telles déclarations n'ayant jamais été faites auparavant. Michel Fourniret n'avait, lui non plus, jamais parlé de la présence de Monique Olivier dans les Ardennes.

Estelle Mouzin, 9 ans, a disparu le 9 janvier 2003 à Guermantes, en Seine-et-Marne. En novembre 2019, soit seize ans après sa disparition, le tueur en série Michel Fourniret a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration suivis de mort". Son ex-femme, Monique Olivier, a quant à elle été mise en examen pour complicité.

Monique Olivier aurait vu Estelle en vie

En fin de semaine dernière, à l’issue d’une quatrième opération de fouilles, l’ex-femme du tueur en série Michel Fourniret a déclaré à la juge Sabine Khéris, en charge de l'enquête, avoir vu la fillette vivante le lendemain de sa disparition. D’après son récit, Monique Olivier aurait rejoint son mari à Ville-sur-Lumes, dans les Ardennes, dans l’ancienne maison de la sœur de Michel Fourniret, où Estelle Mouzin était retenue depuis la veille au soir. L’ex-femme du tueur en série raconte qu’elle a parlé à la fillette ce jour-là et qu’elle l’a gardée pendant quelques heures, selon les informations d'Europe 1. En clair, elle reconnaît avoir activement participé à sa séquestration.

Monique Olivier affirme qu’elle n’a pas assisté au meurtre d’Estelle commis selon elle dans la nuit du 10 au 11 janvier 2003. En revanche, elle a confié à la juge d’instruction qu’elle aurait accompagné Michel Fourniret lorsqu’il a transporté le corps dans son Citroën C15. Le couple se serait rendu à quelques kilomètres dans une forêt où seul Fourniret aurait enterré le corps, selon le récit de Monique Olivier. De nouvelles recherches vont donc être menées dans ce secteur au cours des prochains jours.

Un ticket de caisse retrouvé

La présence du couple Fourniret dans ce secteur dans les jours suivants la disparition d’Estelle était déjà acquise pour les enquêteurs depuis la découverte au domicile principal des suspects d’un ticket de caisse. Ce dernier indiquait que des achats alimentaires avaient été effectués dans un supermarché assez proche le 11 janvier 2003, soit deux jours après la disparition de la fillette. Par ailleurs, des analyses scientifiques ont permis d’identifier une trace partielle d’ADN pouvant correspondre à celui d’Estelle Mouzin sur un matelas saisi dans cette maison de Ville-sur-Lumes.
Contacté par l'AFP, Richard Delgenes, l’avocat de Monique Olivier, a indiqué qu'"en l'état des investigations, il n'existe pas d'éléments nouveaux sur l'implication de Monique Olivier." "Elle participe pour essayer d'aider les enquêteurs à retrouver le corps mais n'a jamais reconnu savoir où Michel Fourniret l'avait mis", a-t-il ajouté.

"Avec ces individus-là, il n'y a que les faits et les éléments de preuve qui ont un sens. Ce qu'ils vous racontent...", a réagi auprès de l'AFP, Eric Mouzin, le père de la fillette disparue.

Europe 1
Par Justin Morin, édité par Pauline Rouquette