Affaire Mouzin : "Ce que j'imagine, c'est la terreur d'Estelle", confie son père 18 ans après

, modifié à
  • A
  • A
Estelle Mouzin a disparu à l'âge de 9 ans, en 2003. 0:57
Estelle Mouzin a disparu à l'âge de 9 ans, en 2003. © DR
Partagez sur :
Une marche est organisée à Guermantes en Seine et Marne samedi après-midi, 18 ans après l’enlèvement d’Estelle Mouzin. Les circonstances sont particulières puisque le tueur en série Michel Fourniret a reconnu les faits en mars dernier. Le père de la fillette, Eric Mouzin, témoigne au micro d'Europe 1. 
TÉMOIGNAGE

En 2003, la disparition d’Estelle Mouzin avait ému tout le pays. La trace de la petite fille de 9 ans avait été perdue alors qu’elle rentrait de l’école. Dix-huit ans après sa disparition à Guermantes, en Seine et Marne, son  père Eric Mouzin organise samedi après-midi, comme chaque année, une marche blanche en sa mémoire.

"Après toutes ces années de traversée du désert"

Mais les circonstances sont particulières cette année car le tueur en série Michel Fourniret, aujourd'hui âgé de 71 ans, a reconnu en mars dernier avoir tué Estelle. "L'année 2020 a été une année un peu particulière puisque on a maintenant le nom de celui qui a enlevé et assassiné Estelle. Après toutes ces années de traversée du désert judiciaire, c'est quelque chose d'extrêmement positif. Mais il manque quelques détails", confie Eric Mouzin, le père de la victime au micro d’Europe 1. Monique Olivier, l'ex-épouse de "l'Ogre des Ardennes", avait indiqué en août dernier que Michel Fourniret avait séquestré, violé et tué la fillette.

Mais son corps reste introuvable. En juin dernier, des fouilles ont été réalisées dans plusieurs propriétés de l'Ogre des Ardennes, au le château du Sautou, où le tueur en série a vécu avec sa femme, mais aussi dans une maison de Ville-sur-Lumes, qui appartenait à sa sœur. Des analyses ont permis d'identifier une trace partielle de l'ADN d'Estelle Mouzin sur un matelas saisi dans la maison de Ville-sur-Lumes, mais son corps n’a pas été retrouvé.

"Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières"

La justice devrait clôturer son enquête d’ici quelques mois. "La difficulté, c'est que l'on va bientôt finir par plus parler de l'affaire Fourniret que de l’enlèvement d'Estelle. Mais moi, ce qui m'intéresse, c'est Estelle", a continué Eric Mouzin. "Je ne demande pas de fouilles supplémentaires ou d’investigations particulières. Je fais entièrement confiance à la juge Sabine Kheris […] Je remercie les enquêteurs après des années de justice totalement inefficace", a-t-il ajouté.

"Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières, mais moi, ce que j'imagine, c'est la terreur d'Estelle pendant toute la durée du trajet entre Guermantes et les Ardennes, au fond de la camionnette de ce bonhomme. Avec les conditions de circulation, ça a duré au moins trois heures. J'imagine l'angoisse, la terreur et l'horreur de cette situation-là", a poursuivi Eric Mouzin.

"Tourner la page d'une partie de l'histoire"

"Je pense que je pourrai tourner la page d’une partie de l'histoire, quand j’aurai retrouvé le corps d'Estelle. Le procès de Monique Olivier et de Michel Fourniret, aujourd'hui, je suis incapable de savoir ce que ça pourrait m'apporter et je n'y ai pas réfléchi. Je suis un petit peu pragmatique, mais chaque chose en son temps", conclut-il au micro d’Europe 1.

La marche blanche partira de Guermantes à 15h.

Europe 1
Par Chloé Triomphe édité par Léa Leostic