"Acte 18" des "gilets jaunes" : 91 commerces dégradés, notamment sur les Champs-Elysées

, modifié à
  • A
  • A
Au moins trois kiosques à journaux ont été quasiment détruits, a indiqué lundi la CCI.
Au moins trois kiosques à journaux ont été quasiment détruits, a indiqué lundi la CCI. © AFP
Partagez sur :
"La très grande majorité des commerces" des Champs-Elysées ont été impactés par les manifestations des "gilets jaunes", samedi, a affirmé la CCI d’Île-de-France lundi.

Près de 100 commerces ont été touchés samedi à Paris en marge de "l'acte 18" des "gilets jaunes", notamment sur les Champs-Élysées "où la très grande majorité des commerces" ont été atteints, a affirmé la CCI d’Île-de-France lundi, évoquant "un bilan très lourd". "91 commerces ont été impactés par les manifestations, dont 80% assez lourdement touchés (casse, vols, incendies...)", précise la Chambre de commerce et d'industrie de Paris et d’Île-de-France dans un communiqué, sans pouvoir préciser le montant global des dégâts.

Sur les Champs-Élysées, la très grande majorité des commerces, "ainsi d'ailleurs que les entrées d'immeuble dès lors qu'elles sont vitrées" précise le communiqué, des cafés-restaurants et d'une part importante des kiosques, ont été atteints. Ces commerces sont majoritairement des enseignes nationales et internationales (85 à 90% des commerces).

Trois kiosques quasiment détruits. "Au moins trois kiosques à journaux ont été quasiment détruits", ajoute la CCI, qui souligne que "les employeurs et leurs salariés rencontrés sont traumatisés par la répétition et l'intensité des violences". "Tous les secteurs d'activité ont été touchés: restauration, hôtellerie, équipement de la personne, équipement sport et mode, bijouterie-joaillerie-horlogerie, téléphonie et technologie, parfumerie-cosmétique et optique, boulangerie-pâtisserie et généralistes, banques...", souligne la CCI.

La CCI demande un "plan d'urgence". Dans ce contexte très difficile pour le commerce parisien, la CCI sollicite de la part des pouvoirs publics des "mesures fortes", parmi lesquelles "un véritable plan d'urgence" pour le commerce parisien, "à l'instar de celui proposé par l'Etat pour les commerces des métropoles de province".

Samedi, les images de pillages et d'incendie du restaurant Fouquet's, de magasins ou d'une succursale bancaire des Champs-Elysées, vitrine de la France à l'étranger, ont tourné en boucle dans les médias, même si elles tranchaient avec celles des autres défilés globalement très calmes samedi de dizaines de milliers de manifestants "gilets jaunes" ou pour le climat dans la capitale et le reste du pays.