À Paris, les autorités craignent des radicaux violents dans le cortège antiraciste

, modifié à
  • A
  • A
Une manifestation organisée par le collectif Vérité pour Adama est prévue demain, avec un important dispositif de sécurité. Image d'illustration 1:45
Une manifestation organisée par le collectif Vérité pour Adama est prévue demain, avec un important dispositif de sécurité. Image d'illustration © AFP
Partagez sur :
Une nouvelle manifestation antiraciste est prévue samedi à Paris à l'initiative du collectif La Vérité pour Adama et d'autres organisations. Quelque 20.000 personnes sont attendues. Les forces de l'ordre craignent des heurts et un dispositif de sécurité important est prévu pour encadrer le cortège.

Environ 20.000 manifestants sont attendus samedi pour un rassemblement contre le racisme à Paris... et les autorités craignent des heurts. De nombreux appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux à l'initiative du collectif La Vérité pour Adama et d'organisations comme la Ligue des droits de l'Homme. Le rassemblement est autorisé, contrairement à celui organisé une semaine auparavant. En revanche, celui prévu à Nantes a été interdit par crainte de débordements.

Concernant Paris, Laurent Nuñez, secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur, affirmait mercredi sur Europe 1 que la manifestation de ce week-end ne présentait "pas de risque de troubles à l'ordre public". Mais un dispositif de sécurité important a néanmoins été mis en place.

Les commerces fermés entre République et Opéra

Comme lors des samedi de manifestation de "gilets jaunes", les commerces, restaurants et débits de boissons seront fermés demain sur le parcours du cortège. Entre République et Opéra, le mobilier urbain sera également enlevé pour ne pas servir de projectile. La préfecture de police craint des débordements et redoute notamment la convergence de radicaux violents, issus d'horizons différents : ultra-gauche, "gilets jaunes" ou jeunes issus de quartiers sensibles.

Contrairement à samedi dernier, où les manifestations étaient statiques et circonscrites à la place de la Concorde ou au Champ de Mars, et du même coup hypersécurisées, celle de ce samedi est une manifestation mobile. Elle est donc plus à risque, avec entre 10.000 et 20.000 personnes attendues. Il y a une semaine, les manifestants n'étaient que 5.000 selon le ministère. 

Europe 1
Par Chloé Triomphe édité par Guilhem Dedoyard