Violences policières : "Adama Traoré et George Floyd représentent notre combat"

, modifié à
  • A
  • A
manif racisme paris 1:27
Les participants à la manifestation étaient masqués, samedi à Paris. © AFP
Partagez sur :
Malgré l'interdiction, une foule de manifestants s'est rassemblée sur le Champ-de-Mars, près de la Tour Eiffel, à Paris, samedi en fin d'après-midi, pour réclamer "justice pour tous", en brandissant des panneaux "Black Lives Matter", cri de ralliement du mouvement aux Etats-Unis. En tout, 23.300 personnes ont manifesté en France.
REPORTAGE

Ils avaient prévu de se retrouver dans trois rassemblements différents, au sein d'une zone quadrillée par les forces de l'ordre, samedi après-midi à Paris. La Préfecture de police de Paris a interdit les manifestations, s'appuyant sur les restrictions sanitaires, mais 5.500 personnes, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, ont, comme attendu, bravé la consigne pour manifester contre les violences policières, réclamant "justice pour Adama" et "justice pour tous", dans le sillage du mouvement de contestation parti des Etats-Unis, après la mort de George Floyd

Des slogans communs avec le mouvement américain

Certains se sont rassemblés place de la Concorde, près de l'ambassade américaine. D'autres, masqués, affluaient sur le Champ-de-Mars, près de la Tour Eiffel, en fin de journée, en brandissant des panneaux "Black Lives Matter", cri de ralliement du mouvement aux Etats-Unis. A plusieurs reprises, les participants ont posé un genou à terre, un geste pour que la France "prenne conscience du drame qui se joue non seulement aux Etats-Unis mais également chez nous" a expliqué Marc, un des manifestants.  Ce geste des manifestants l'ont fait partout à travers le monde, du Canada à l'Autriche, samedi

Dans la foule, beaucoup de Blancs portant des pancartes aux slogans communs au mouvement américain comme "pas de justice, pas de paix". "Adama Traoré et George Floyd représentent maintenant ce combat, parce que les personnes qui osent fermer les yeux et se boucher les oreilles sur ce sujet ont décidé de les ouvrir, au moins un tout petit peu", explique Byzance, interrogée par Europe 1. La mort de George Floyd a en effet entraîné des mobilisations partout dans le monde ainsi que des émeutes à Minneapolis, ville du Minnesota d'où il était originaire.

"On est fatigués des inégalités, des abus de pouvoir"

"On en profite pour se faire entendre, parce qu'on en a marre, on est fatigués des inégalités, des abus de pouvoir et de la brutalisation", poursuit la jeune femme, énumérant les comportements dénoncés par les manifestants. "Une blague déplacée, un refus d'emploi, un contrôle d'identité sur une personne sur un groupe, juste parce qu'elle est de couleur ou noire". Tandis que, à 19 heures, la manifestation touchait à sa fin, les manifestants continuaient de crier "laissez-nous respirer" devant un cordon de gendarmes mobiles, en référence aux derniers mots de George Floyd.

Des rassemblements, autorisés eux, se sont également déroulés dans plusieurs autres villes de France, en parallèle de celui du Champ-de-Mars, comme à Lyon et Bordeaux ou Lille. Le ministère de l'Intérieur a dénombré 17.800 manifestants en province. L'une des organisatrices de la manifestation lyonnaise, Melinda Bevisa, ainsi déclaré que "la barre de l'insupportable a été franchie". Mardi, 20.000 manifestants s'étaient déjà réunis à Paris

Europe 1
Par Jean-Jacques Héry, édité par Margaux Lannuzel