En garde à vue, Tron conteste les accusations

  • A
  • A
Partagez sur :

L'ancien secrétaire d'Etat Georges Tron, placé lundi en garde à vue à Versailles, continue de contester devant les enquêteurs les accusations d'agressions sexuelles et de viol dont il est la cible, a indiqué mardi son avocat. "Il ne s'agit pas de nier. Mais quand on est innocent, on conteste. Donc il conteste", a déclaré Me Olivier Schnerb à son arrivée à la direction régionale de police judiciaire (DRPJ) de Versailles, où son client est interrogé.

L'avocat a regretté les conditions de tenue de la garde à vue, qui a été prolongée mardi de 24 heures par la procureure de la République d'Evry, Marie-Suzanne Le Queau. "Ce qui est paradoxal, c'est qu'il ne s'est rien passé ce matin (mardi, ndlr) et hier (lundi, ndlr), il n'a eu d'interrogatoire qu'entre 23H30 et 04H00 du matin", a déploré Me Schnerb.

"Il y a une organisation certainement rationnelle mais qui rend très difficile l'exercice de la défense, qui ne se déroule pas dans des conditions conformes à une bonne santé physique et intellectuelle des personnes entendues, mais aussi des défenseurs", selon lui.