Une bactérie inconnue découverte à bord de la Station spatiale internationale

  • A
  • A
La Station spatiale internationale tourne en permanence à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes 1:24
La Station spatiale internationale tourne en permanence à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes © HANDOUT / NASA / AFP
Partagez sur :
Grâce à des prélèvements effectués à bord de la Station spatiale internationale (ISS), des scientifiques ont identifié une espèce bactérienne jusqu'alors inconnue. Elle pourrait permettre de faire pousser des plantes dans des conditions extrêmes.

À 400 kilomètres au-dessus de nos têtes, tourne en permanence la Station spatiale internationale (ISS). Depuis six ans, plusieurs zones de l'ISS font l'objet d'une surveillance constante pour détecter la présence de microbes et autres phénomènes de croissance bactérienne. Après des prélèvements effectués en 2015 et 2016 dans le cadre d'une expérience, les scientifiques ont eu la surprise de repérer une espèce de bactérie inconnue, encore jamais identifiée parmi les 10.000 espèces répertoriées à ce jour sur Terre : Methylobacterium ajmalii.

Les scientifiques sont sûrs d'une chose : cette bactérie n'est pas extra-terrestre. Le scénario le plus probable, c'est qu'un astronaute ait transporté avec lui une bactérie proche de celle-ci, et qu'elle se soit transformée par la suite dans l'ISS. Elle est résistante, puisqu'elle a survécu dans l'environnement unique de cette station spatiale, qui avance à 28.000 km/h.

Aider à faire pousser les plantes

Cette espèce bactérienne est particulièrement intéressante puisqu'elle semble aider les plantes à pousser. Elle pourrait ainsi être utilisée à l'avenir pour protéger les plantes de maladies ou cultiver des végétaux dans des conditions extrêmes, comme le grand froid ou l'espace.

Dans la Station spatiale internationale, 1.000 autres échantillons fixés sur des lingettes attendent d'être à leur tour envoyés sur Terre pour être analysés, l'ISS n'étant pas équipée pour le faire directement dans l'espace. Il pourrait donc y avoir d'autres surprises...

Europe 1
Par Laure Dautriche, édité par Justine Hagard