Grève : et si les fourmis nous apprenaient à réduire les embouteillages ?

, modifié à
  • A
  • A
Le but commun des fourmis les pousse à adopter des comportements très différents des nôtres lors d'embouteillages. 1:27
Le but commun des fourmis les pousse à adopter des comportements très différents des nôtres lors d'embouteillages. © SandeepHanda / Pixabay
Partagez sur :
Plusieurs études ont prouvé que l'intelligence collective des fourmis les pousse à adopter, en cas de bouchon dans leur file, des comportements permettant de réduire les embouteillages. 
ON DÉCRYPTE

Il y aura sans doute encore beaucoup d'embouteillages lundi, notamment en région parisienne, au cinquième jour du mouvement de grève contre la réforme des retraites. Pour réduire les bouchons, et si on s'inspirait... des fourmis ? Plusieurs études suggèrent que leur mode de déplacement pourrait constituer un modèle de gestion pour les humains. 

"La circulation est fluide"

Des chercheurs français et américains ont ainsi étudié la circulation des colonies de fourmis pendant leur récolte de nourriture et publié leurs résultats dans la revue scientifique eLife. Et les résultats sont édifiants: même quand elles sont nombreuses, il n'y a jamais d'embouteillages chez les fourmis.

 

En laboratoire, 25.000 fourmis (d'Argentine européenne, provenant de Toulouse) ont été placées sur une même route, avec des tronçons moins larges que d'autres. Et là, surprise : les scientifiques ont été frappés par la sagesse des petites bêtes ! "Pas d'embouteillage, la circulation est fluide", détaille Laure-Anne Poissonnier, chercheuse au Centre de Cognition animale à Toulouse.

Une forme d'intelligence collective

Les fourmis, voyant que la route est pleine, attendent pour s'engager voire rebroussent chemin. Les chercheurs ont aussi observé que les fourmis sont stratèges : lorsque le trafic est dense, elles adaptent leur vitesse mais n'accélèrent pas, pour ne pas risquer d'entrer en collision avec d'autres fourmis, ce qui leur ferait perdre du temps. Elles parviennent tout de même à récupérer leur nourriture avec la même rapidité. 

Pour Laure-Anne Poissonnier, c'est l'expression d'une forme d'intelligence collective : "Avoir une utilisation efficace de leur piste est très important pour elles, puisque ça correspond à la quantité de nourriture qu'elles vont ramener au nid. En fait, elles ont un but commun. Nous humains, quand nous prenons la route, nous avons des buts et des destinations individuels (aller au travail, etc.). Nous avons donc moins de raisons de faire en sorte qu'il n'y ait pas d'embouteillage sur les routes." 

 

Europe 1
Par Laure Dautriche, édité par Théo Mercadier