Canicule : d'ici 2050, "des températures records de l'ordre de 55 degrés dans l'Est de la France"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Alors que la chaleur s'abat sur la France, et que la canicule a déjà gagné le nord de l'Europe, le climatologue Jean Jouzel alerte sur l'inquiétante évolution des températures dans nos régions.

INTERVIEW

Une vague de chaleur est attendue sur toute la France la semaine prochaine. Le mercure pourrait monter jusqu'à 37 degrés dans le sud à partir de mercredi. Les régions du Centre-Est et de la basse Vallée du Rhône seront les plus exposées. "On peut craindre une canicule en France", prévient le vice-président du GIEC, Jean Jouzel, dimanche sur Europe 1.

Une augmentation de 10 degrés. Pour le climatologue, le monde est présentement "au pied du mur". "Dans la deuxième partie de ce siècle, on a des risques de canicules de plus en plus importants, y compris en France et sur l'ensemble de l'Europe, qui est aussi un continent vulnérable", alerte-t-il. "Quand on regarde les températures en France, elles ne dépassent pas actuellement les 42-49 degrés. Dans un contexte de réchauffement climatique, dans la deuxième partie du siècle, on pourrait craindre des températures records de l'ordre de 50 degrés, voire 55 degrés sur l'Est de la France. On passe dans un autre monde", s'inquiète-t-il.

 

Prendre des mesures d'envergure. Avec de telles prévisions, Jean Jouzel est formel : il est capital de prendre des mesures fortes. "Ça montre que l'accord de Paris doit être mené à son terme et que les objectifs doivent être respectés, ce qui n'est pas le cas actuellement", déplore le scientifique, qui tire la sonnette d'alarme depuis de nombreuses années au sein du Groupe d'experts sur l'évolution du climat.

Le nord de l'Europe en souffrance. Cette vague de chaleur concerne tout le nord de l'Europe. La sécheresse frappe la Grande-Bretagne, et la Scandinavie ou la Lettonie subissent pour la première fois le sort des pays du sud. On a même relevé 33 degrés sur l'extrême nord de la Norvège. "C'est inédit pour ces régions", fait remarquer Jean Jouzel sur notre antenne. Mais au-delà des températures, les conséquences sur l'environnement et les habitations sont très visibles. Quelque 25.000 hectares de forêt sont partis en fumée ces derniers jours en Suède.

"Ces pays ne sont pas du tout préparés à faire face à des feux de forêt. Il est prioritaire de protéger les habitations", alerte Jean Jouzel. "Pour ces pays, 2018 est la troisième année la plus chaude après 2017 et 2016. On est donc dans un contexte d'années successives chaudes et de réchauffement climatique global lié à nos activités humaines".