Covid : combien de temps nous reste-t-il avant une vague de variants ?

, modifié à
  • A
  • A
Les variants sud-africains et brésiliens totalisent 2,3% des cas positifs en France, encore relativement épargnée. Pour l'instant. 1:32
Les variants sud-africains et brésiliens totalisent 2,3% des cas positifs en France, encore relativement épargnée. Pour l'instant. © Damien MEYER / AFP
Partagez sur :
Le variant britannique, plus contagieux que la souche historique du Covid-19, représenterait 20% des cas testés positifs en France, et près de 40% de ceux détectés en Île-de-France. Pourtant, la situation épidémique du pays, malgré des indicateurs de suivi très élevés, continue de rester sous contrôle.
DÉCRYPTAGE

Les autorités sont toujours sur le qui-vive à cause de la prolifération du variant britannique du Covid-19. Il représenterait désormais 20% de cas détectés au niveau national, et 40% de ceux en Île-de-France. S'il continue de se répandre, il n'a pas encore provoqué la flambée épidémique tant redoutée par les soignants, ni même de hausse importante des hospitalisations. Ce paradoxe s'explique par le fait que le R0, soit le nombre de personnes contaminées par une personne positive, reste autour de 1,04 actuellement. 

Les gestes barrières, le télétravail et le couvre-feu suffisent donc pour le moment à contrôler les variants, encore minoritaires. Les variants sud-africains et brésiliens, également détectés en France, représentent au total 2,3% des cas positifs.

Un variant britannique qui deviendra majoritaire d'ici la mi-mars

Le problème, c'est que ce variant britannique prendra inéluctablement le dessus. "Le variant, c'est une certitude, se substitue au bout d'un moment à l'ancien virus. Il a un avantage : il se transmet mieux, et donc on est pratiquement sûr qu'entre le début et la mi-mars on rencontrera davantage le variant britannique que la souche historique", explique auprès d'Europe 1 le virologue Bruno Lina.

Et c'est à ce moment-là que les hôpitaux risquent d'être sous tension, car l'impact de la vaccination ne sera pas encore effectif. En parallèle, les autorités espèrent pouvoir garder le plus longtemps possible le contrôle sur les variants sud-africains et brésiliens. D'où le renforcement du séquençage et du criblage pour les repérer, ainsi que l'allongement de la durée d'isolement pour les personnes touchées, qui est passée de sept à dix jours.

Europe 1
Par Anne Le Gall, édité par Romain David