Implants médicaux : les députés communistes plaident pour une commission d'enquête

, modifié à
  • A
  • A
Dans un courrier, les élus communistes soulignent que l'enquête des médias internationaux a révélé "un scandale sanitaire mondial". © AFP
Partagez sur :

Mardi, les députés communistes ont adressé une lettre au président de l'Assemblée Richard Ferrand afin de demander la création d'une commission d'enquête parlementaire. 

Les députés communistes ont plaidé mardi en faveur de la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les implants médicaux, dans la foulée de l'enquête internationale réalisée par 59 médias sur les lacunes du contrôle de ces dispositifs.

Les députés ont fait cette demande mardi matin lors de la conférence des présidents, qui réunit notamment le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) et les présidents de groupes, a indiqué le groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR). Le groupe n'a pas décidé à ce stade de recourir à son "droit de tirage", qui permet une fois par session ordinaire de créer une telle commission.

Un système de contrôle français décrit comme "défaillant". Dans un courrier adressé à Richard Ferrand, les élus communistes soulignent que l'enquête des médias internationaux a révélé "un scandale sanitaire mondial" sur cette vaste catégorie de produits qui comprend les pompes à insuline, pacemakers, prothèses mammaires ou encore valves cardiaques. "La France n'est pas épargnée puisque son système de contrôle s'avère défaillant et son système de certification laxiste", écrivent-ils, jugeant "indispensable" que la représentation nationale se saisisse de ce dossier en créant une commission d'enquête parlementaire.

Des dispositifs obtenant le "marque CE". L'enquête "Implant files" du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), dont les résultats ont été publiés dimanche soir, dénonce notamment la facilité avec laquelle des fabricants peuvent obtenir le droit de commercialiser des dispositifs médicaux en Europe, en obtenant un "marquage CE".