Coronavirus : la France en stade 3, des voix s'élèvent contre le maintien des municipales

, modifié à
  • A
  • A
La France compte désormais 91 morts et plus de 4.500 cas de Covid-19.
La France compte désormais 91 morts et plus de 4.500 cas de Covid-19. © Maxime PETIT / AFP
Partagez sur :
En France, où l'on compte désormais 91 morts et plus de 4.500 cas liés au Covid-19, tous les lieux recevant du public et considérés comme "non essentiels" seront fermés à partir de samedi soir, minuit. Le pays est donc passé au "stade 3" de l'épidémie, sans pour autant que les élections municipales de dimanche soient reportées. 

Le bilan s'élève désormais à 91 morts et plus de 4.500 cas de Covid-19 en France, après un doublement des contaminations en 24 heures, samedi. Pour enrayer la pandémie, le gouvernement a pris une série de mesures exceptionnelles, dont la fermeture des crèches, écoles et universités, mais aussi celle de tous les lieux publics considérés comme non essentiels, comme les restaurants, bars et cafés, ainsi que de la plupart des commerces. Dès ce week-end, les mondes sportifs et culturels sont mis en veille, avec des annulations, suspensions et fermetures en cascade. Pour l'Organisation mondiale de la Santé, l'Europe est désormais "l'épicentre" de la pandémie qui touche plus de 150.000 personnes à travers le monde. 

Les principales informations à retenir : 

  • Le bilan en France s'élève à 91 morts et plus de 4.500 cas, dont 300 en réanimation
  • Le territoire est donc passé en "phase 3" de l'épidémie
  • Après les établissements scolaires, ce sont tous les lieux publics et magasins considérés comme non essentiels qui seront fermés
  • En revanche, les élections municipales sont maintenues, ce qui fait grincer des dents

En France, de nouveaux cas et une salve de mesures

Le dernier bilan communiqué samedi soir par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a révélé un doublement des contaminations du Covid-19 dans les dernières 24 heures. Au total, en France, le coronavirus a tué 91 personnes et en a contaminé 4.500. Trois-cents patients sont en réanimation.

Un détenu a été testé positif à Fresnes, une première en prison. Un premier cas a également été signalé au Sénat, avec une sénatrice de Lozère, et un autre à Mayotte, portant à 27 le nombre de contaminations en Outre-mer. Samedi après-midi, le cabinet de la secrétaire d'Etat Brune Poirson a par ailleurs indiqué qu'elle avait été testée positive mais ne présentait "pas de signe inquiétant". 

Samedi soir, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fermeture dès minuit de tous les lieux recevant du public non essentiels, comme les cafés, bars, restaurants et discothèques. Tous les commerces à l'exception des magasins alimentaires, des pharmacies, des tabacs et des banques, seront également fermés. La France passe donc en stade 3 de l'épidémie. Ces mesures s'ajoutent à celles annoncées jeudi soir, notamment la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités.

Annulations et reports dans la culture et le sport

Le pays s'annonce donc quasiment à l'arrêt dans les jours à venir, avec de surcroît une offre réduite dans les transports, un maximum de salariés en télétravail et des établissements scolaires fermés pour les enfants. Dès ce week-end, le passage à un niveau supérieur de l'épidémie se ressent dans le monde de la culture, avec des musées et salles de spectacles fermées, et du sport, avec des compétitions à l'arrêt. Le Louvre, le château de Versailles, la Tour Eiffel, Disneyland Paris figurent parmi la liste des structures closes. La Ligue 1 et la Ligue 2 sont suspendues "jusqu'à nouvel ordre". "On sentait l’inquiétude des joueurs monter", a expliqué le président de la Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels Philippe Piat, samedi matin sur Europe 1

Les élections municipales maintenues malgré le virus

Le gouvernement a cependant annoncé le maintien des élections municipales, dimanche. Des mesures spéciales, prévoyant notamment le maintien d'un écart d'un mètre entre les votants dans les files d'attente des bureaux de vote, ont été prises. Europe 1 a assisté à la préparation d'un bureau de vote à Bordeaux, où, comme partout sur le territoire, les électeurs seront invités à se laver les mains et à utiliser leur propre stylo. Notre reportage est à retrouver ici. 

"Si nous avons pris cette décision (d'organiser les municipales), c'est en écoutant les scientifiques et nous avons la conviction que nous pouvons organiser dans de bonnes conditions le premier et le second tour", a affirmé vendredi le Premier ministre Edouard Philippe. Mais de nombreuses voix se sont élevées, samedi soir, pour réclamer un report. Cinq présidents de région, notamment Xavier Bertrand (LR), Hervé Morin (Les Centristes) et Carole Delga (PS) ont ainsi exhorté le président de la République à repousser le premier tour, estimant qu'il ne pouvait se dérouler dans de bonnes conditions. 

Une alerte sur les anti-inflammatoires 

Samedi, le ministre de la Santé Olivier Véran a mis en garde sur Twitter quant à la prise d'ibuprofène, qui pourrait aggraver l'infection. "La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone...) pourrait être un facteur d'aggravation de l'infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol. Si vous êtes déjà sous anti-inflammatoires ou en cas de doute, demandez conseil à votre médecin", a indiqué le ministre.

Selon nos informations cela fait déjà plusieurs jours que les réanimateurs ont l'impression que les cas les plus graves sont souvent des patients qui avaient pris un anti-inflammatoire avant l'aggravation de leurs symptômes.

Donald Trump s'est soumis au test, l'épidémie s'accélère en Espagne

À l'échelle mondiale, depuis décembre, plus de 150.000 cas d'infection sont dénombrés dans 137 pays, dont les plus touchés après la Chine sont l'Italie avec 1.441 morts pour 21.157 cas, l'Iran avec 611 morts (12.729 cas), l'Espagne avec 136 morts (5.753 cas) et la France avec 79 morts (3.661 cas). En Espagne, le nombre de cas a bondi samedi avec 1.500 contaminations supplémentaires confirmées. Le Danemark a annoncé samedi le premier décès sur son territoire.

De nombreux pays qui s'estimaient jusque là épargnés ont décidé de passer à la vitesse supérieure samedi. La Russie (45 cas, aucun décès) a annoncé la fermeture de ses frontières terrestres avec la Norvège et la Pologne. La Norvège va elle aussi fermer ses ports et aéroports. Le Royaume-Uni (798 cas, 10 morts), critiqué pour sa lenteur à réagir, s'apprête à revoir son approche, en interdisant les rassemblements de masse et en reportant les élections locales prévues au mois de mai.

C'est également le cas aux Etats-Unis, où Donald Trump a instauré l'état d'urgence, vendredi et où l'État fédéral pourra débloquer jusqu'à 50 milliards de fonds pour lutter contre le virus. La firme américaine Apple a par ailleurs annoncé fermer tous ses magasins hors Chine jusqu'au 27 mars

Par ailleurs, la Maison-Blanche a annoncé samedi qu'elle prendrait dorénavant la température de "toutes les personnes en contact étroit" avec le président Trump. Celui-ci a posté le message pour le moins succinct "DISTANCIATION SOCIALE!" sur Twitter, samedi, après avoir vigoureusement serré des mains pendant une conférence de presse, au mépris de toutes les recommandations sanitaires. Il a également indiqué s'être soumis au test et attendre les résultats.