Covid-19 : 32.521 morts en France, plus de 18.000 cas positifs en 24 heures

, modifié à
  • A
  • A
Réanimation Covid Coronavirus
On compte désormais 4.710 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, dont 891 en réanimation. © AFP
Partagez sur :
Lors de son point presse hebdomadaire, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le basculement de plusieurs villes en zone d’alerte maximale, alors que l'épidémie a tué 32.521 morts en France. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a indiqué de son côté que le Fonds de solidarité pour aider les entreprises françaises allait être élargi et renforcé. 
L'ESSENTIEL

Sept mois après le début de la crise du coronavirus, la "situation sanitaire continue de se dégrader en France", a indiqué ce jeudi Olivier Véran lors de son point presse hebdomadaire. Le virus a tué 32.521 personnes et plus de 18.000 personnes ont été testées positives en 24 heures. Quatre villes, Saint-Etienne, Grenoble, Lyon et Lille, ont été placées en zone d'alerte maximale. Dans les hôpitaux d'Île-de-France, qui connaissent un afflux de patients, le plan blanc a été déclenché jeudi par l'Agence régionale de santé. 

Du côté de l'économie, le ministre Bruno Le Maire a annoncé ce jeudi un élargissement et un renforcement du Fonds de solidarité pour aider les entreprises françaises. Dans le monde, la circulation du virus s'accélère avec pas moins de six millions de cas en Europe.

Les principales informations à retenir :

  • 32.521 morts en France, plus de 18.000 cas positifs en 24 heures
  • Saint-Étienne, Grenoble, Lyon et Lille passent en zone d'alerte maximale
  • Dijon et Clermont-Ferrand en zone d’alerte renforcée
  • Toulouse et Montpellier en sursis
  • Le Fonds de solidarité pour les entreprises élargi et renforcé

Plus de 18.000 nouveaux cas en 24 heures en France

La situation sanitaire est alarmante. Plus de 18.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés en France au cours des dernières 24 heures , selon Santé Publique France. 32.521 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie, dont 77 depuis le dernier pointage.

On compte désormais 4.710 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, dont 891 en réanimation. Par ailleurs, le taux de positivité des tests est désormais de 9,8%, en progression de 0,7 point depuis mercredi soir.

Saint-Étienne, Grenoble, Lyon et Lille passent en zone d'alerte maximale

Après Marseille, la Guadeloupe et plus récemment Paris, c’est au tour de Saint-Étienne, Grenoble, Lyon et Lille de basculer en zone d’alerte maximale à compter de samedi matin. Dans ces métropoles, les bars seront donc totalement fermés tandis que les restaurants devront suivre un protocole sanitaire renforcé. Par ailleurs, Dijon et Clermont-Ferrand passent en zone d'alerte renforcée dès samedi matin. Dans ces territoires, les bars devront fermer à 22 heures, les regroupements sur la voie publique ne devront pas excéder les 10 personnes, tandis que les rassemblements seront limités à 1.000 personnes.  

La situation sanitaire à Toulouse et Montpellier inquiète les autorités mais les deux villes n'ont pas encore passé les seuils de zone d'alerte maximale. "À l'instar de ce qui a été fait pour Paris la semaine dernière, nous nous donnons quelques jours d'observation pour vérifier si la situation sanitaire et si les indicateurs sont franchis, une bascule en zone d'alerte maximale pourrait être opérée d'ici à lundi matin pour l'ensemble de ces métropoles", a indiqué Olivier Véran.

Des améliorations dans plusieurs territoires

Mais le ministre de la Santé a également fait part d'une amélioration de la situation sanitaire dans certains territoires. C'est notamment le cas à Bordeaux, Nice, Rennes ou Aix-Marseille. Néanmoins, ces villes ne bénéficient pas d'une bascule dans une zone d’alerte inférieure, par manque de recul, a-t-il justifié. Par ailleurs, les départements de la Nièvre et du Morbihan repassent en zone verte, celle où la circulation du coronavirus est la plus basse. 

Le fonds de solidarité élargi et renforcé

Réservé depuis le mois de juillet à certains secteurs comme le tourisme, le Fonds de solidarité va inclure de nouvelles activités notamment les fleuristes, les blanchisseries, l'hôtellerie ou encore la restauration, a indiqué de son côté Bruno Le Maire ce jeudi. Le ministre de l’Économie a par ailleurs annoncé que ce dispositif sera désormais accessible à "toutes les entreprises jusqu'à 50 salariés", contre 20 jusqu'à présent. Seront dorénavant éligibles les entrepreneurs ayant enregistré une perte de 70% de leur chiffre d'affaires en raison du Covid, contre 80% précédemment, a-t-il précisé.

"Les entreprises fermées administrativement ou qui font l'objet de restrictions horaires, par exemple pour les bars, ou qui font une perte de chiffre d'affaires d'au moins 50% sont exonérées de cotisations sociales jusqu'à ce que les mesures de restriction soient levées", a également annoncé Bruno Le Maire. De plus, le taux du prêt garanti par l'État (PGE) sera "compris dans une fourchette entre 1% et 2,5%". 

Le plan blanc déclenché dans les hôpitaux d'Île-de-France

Le plan blanc va être nouveau déclenché en Île-de-France, a annoncé Aurélien Rousseau, directeur de l’ARS IDF, ce jeudi 8 octobre. Sur Twitter, il explique que cette décision est due à la pression qui commence à se faire à nouveau ressentir en réanimation et dans les hôpitaux. "Au vu de la pression sur les lits de réanimation et d’hospitalisation conventionnelle, j’ai demandé aux directeurs des établissements de santé de la région de déclencher leur plan blanc pour mobiliser toutes leurs ressources et anticiper les jours à venir".

Le même jour, Aurélien Rousseau a déclaré à l'AFP que les hôpitaux et cliniques d'Ile-de-France devaient se préparer à "une marée très forte" de nouveaux malades. Il a ajouté que le déclenchement du plan blanc était "une décision lourde" et qu'il fallait "mettre toutes les forces dans la bataille".

Des TGV supprimés faute de clients

La SNCF va supprimer des TGV ces prochains mois pour adapter l'offre à une demande qui n'est pas repartie à la rentrée, et éviter de faire circuler des trains vides, a-t-elle indiqué. Après un été relativement bon grâce aux petits prix et au besoin des Français de bouger et de voir leurs proches, "la rentrée est difficile", avec des trains à moitié vides la semaine, a expliqué une porte-parole à l'AFP. Si les TGV sont actuellement remplis aux deux tiers le week-end, la clientèle professionnelle est en baisse de 60 à 70% pendant la semaine, a-t-elle relevé, avec des "prévisions pessimistes pour les prochains mois".

Les mesures sanitaires se renforcent en Europe

De l'autre côté des Alpes, le gouvernement italien a annoncé qu'il rendait le port du masque en extérieur obligatoire, les récalcitrants s'exposant à une amende qui pourra atteindre les 1.000 euros. Une annonce qui intervient alors que le pays prolonge son état d'urgence jusqu'au 31 janvier, afin de lutter contre la résurgence de l'épidémie. En Belgique, les cafés et bars ferment à partir de jeudi matin sur tout le territoire de la région de Bruxelles pour endiguer la propagation du coronavirus, qui s'accélère dans la capitale.

Ces restrictions sont directement liées à l'augmentation du nombre de cas sur le vieux continent. Le seuil des six millions de malades recensés en Europe a été atteint mercredi après-midi, selon un comptage réalisé par l'AFP. Sur les sept derniers jours, près de 550.000 nouveaux cas ont été détectés dans la région, soit 26% de plus par rapport à la semaine précédente. 

La situation est particulièrement inquiétante en Allemagne. Le nombre de nouveaux cas quotidiens confirmés de Covid-19 dans le pays a dépassé mercredi 4.000 pour la première fois depuis début avril, selon les chiffres officiels, au moment où le regain des infections inquiète le gouvernement. Les autorités allemandes se sont alarmées jeudi d'un bond "préoccupant" des infections de Covid-19 et ont mis en garde contre une "propagation incontrôlée" du virus dans le pays, jusqu'ici moins touché que ses voisins.

La pauvreté en hausse sous l'effet de la pandémie

La pandémie va précipiter dans l'extrême pauvreté entre 88 et 115 millions de personnes supplémentaires dans le monde cette année, a annoncé la Banque mondiale, soulignant que de plus en plus de citadins sont concernés. C'est la première fois depuis plus de vingt ans que le taux mondial d'extrême pauvreté va augmenter, souligne l'institution de Washington. En France, un million de Français sont tombés dans la pauvreté. 

Dans le même temps, une autre étude indique que les milliardaires ont vu leur fortune atteindre de nouveaux sommets grâce au vif rebond des marchés financiers dont ont bénéficié les géants de la technologie et de la santé. Fin juillet, la fortune cumulée des milliardaires avoisinait 10.200 milliards de dollars, dépassant ainsi le précédent pic de 2017 où elle avait culminé à 8.900 milliards de dollars.

Plus de cinq millions de cas au Brésil

En Amérique latine, le Brésil a franchi la barre des cinq millions de personnes contaminées depuis le début de la pandémie et s'approche des 150.000 morts, alors qu'il enregistre une décrue de la pandémie. Troisième pays le plus touché, le Brésil a enregistré 31.553 nouveaux cas en 24 heures, ainsi que 734 décès, ce qui porte le total à 148.228 morts. Les Etats-Unis restent le pays le plus touché avec 211.694 morts, devant le Brésil et l'Inde (104.555 morts). Depuis décembre 2019, près de 35,9 millions de cas d'infection au total ont été diagnostiqués, avec au moins un million de morts.