Coronavirus : plus de 27.000 nouveaux cas, le nombre de réanimations se stabilise

, modifié à
  • A
  • A
Le nombre de patients en réanimation se stabilise.
Le nombre de patients en réanimation se stabilise. © AFP
Partagez sur :
Plus de 27.000 nouveaux cas ont été recensés en France dimanche, mais le nombre de patients en réanimation se stabilise. Pendant ce temps, la classe politique se divise sur le caractère obligatoire ou non d'un futur vaccin. 
L'ESSENTIEL

Avec plus de 27.000 nouveaux cas en 24 heures, la France approche désormais les deux millions de cas depuis le début de l'épidémie de coronavirus. Mais les chiffres des réanimations, eux, se stabilisent. En 24 heures, 270 personnes sont ainsi entrées en réanimation, soit le chiffre le plus faible depuis le 26 octobre. 

Les informations à retenir 

  • Plus de 27.000 nouveaux cas ont été recensés en France
  • La classe politique se divise sur la vaccination obligatoire
  • Deux personnes ont été placées en garde à vue après une fête clandestine qui a réuni 300 personnes dans le Val-de-Marne
  • Le Covid a fait plus de 1,3 million de morts dans le monde

Plus de 27.000 nouveaux cas en France, le nombre de réanimations se stabilise

La France a approché dimanche les deux millions de cas depuis le début de l'épidémie, et le nombre d'entrées en réanimation était au plus bas depuis trois semaines, selon les chiffres quotidiens de Santé publique France. Le nombre de cas positifs a grimpé à 1.981.827, soit 27.228 de plus en un jour, d'après les autorités sanitaires.

Le pays a enregistré un total de 44.548 décès dus à la maladie, dont 302 à l'hôpital sur les dernières 24 heures (contre 359 la veille). Le nombre de personnes hospitalisées en réanimation semble, lui, être en train de se stabiliser, alors qu'il n'avait cessé d'augmenter depuis début août. Les autorités sanitaires font état de 4.880 patients en réanimation, donc dans un état grave, contre 4.855 la veille et 4.887 l'avant-veille.

En 24 heures, 270 personnes sont entrées en réanimation, soit le chiffre le plus faible depuis le 26 octobre. Lors de la semaine écoulée, le nombre d'entrées en réanimation ou services de soins intensifs dépassait les 450 quasiment tous les jours.

Puisque le nombre total de patients en réa est quasi stable par rapport à la veille ces trois derniers jours, cela signifie que les entrées et les sorties de patients des services de réa sont du même ordre de grandeur, lors des dernières 72 heures. Le nombre de personnes hospitalisées a en revanche battu un record, à 33.050. Lors du pic épidémique du printemps, il avait atteint un maximum de 32.292 mi-avril, époque où plus de 6.500 personnes étaient en réanimation. Santé publique France a recensé 1.574 nouvelles hospitalisations en un jour.

Fête clandestine dans le Val-de-Marne : trois personnes en garde à vue

Le propriétaire du pavillon et l'organisateur de la soirée clandestine dans le Val-de-Marne qui a réuni dans la nuit de vendredi à samedi entre 300 et 400 personnes ont tous deux été placés en garde à vue. Les deux hommes ont été interpellés après qu'une fête réunissant des centaines de personnes "dans un mépris total des règles sanitaires" a été organisée à Joinville-le-Pont dans une résidence de particuliers. Une troisième personne a été placée en garde à vue, mais aucun détail n'a été donné sur son profil. 

Une bagarre avait également eu lieu durant la soirée, tandis que les policiers avaient été pris à partie par des fêtards. Une enquête pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique a été ouverte et confiée à la sûreté départementale, a annoncé le parquet du Val-de-Marne.

Lors de cette fête, un homme a été blessé et transporté à l'hôpital. Il a alors été dépisté positif au Covid-19, selon une source policière. Dans un communiqué publié samedi après-midi, la préfecture de police a invité l'ensemble des personnes présentes "à se faire dépister dans les meilleurs délais et à s'isoler au moins jusqu'à réception des résultats de leur test".

Vaccin contre le Covid : Marine Le Pen laisserait aux Français le choix de se vacciner ou non

Alors que la question d'une vaccination obligatoire contre le coronavirus fait débat en France, la dirigeante du Rassemblement national Marine Le Pen s'est prononcée dimanche contre la vaccination obligatoire, voulant laisser à chaque Français le choix en son "for intérieur" . Si un vaccin était prochainement mis sur le marché, "je dirais à nos concitoyens qu'ils sont des citoyens libres", a-t-elle déclaré sur BFMTV.  "Par conséquent c'est à eux, dans leur for intérieur, de décider s'ils souhaitent ou pas se vacciner", a-t-elle ajouté, plaidant pour "attendre de voir ce qu'il en est de ce vaccin". "Moi en ce qui me concerne je me vaccinerai, mais je ne forcerai personne à se vacciner car nous sommes en liberté", a-t-elle insisté.  

Parmi les partisans de la vaccination obligatoire figurent par exemple le président du Sénat (LR) Gérard Larcher: "Lorsqu'on se vaccine, ce n'est pas que pour soi, c'est une forme de chaîne de solidarité", a-t-il souligné dimanche lors du Grand Jury (RTL-Le Figaro), se disant "favorable si nécessaire à la vaccination obligatoire" et appelant à "un vote du Parlement" sur ce point.

Interrogé sur France 3, le secrétaire national d'EELV Julien Bayou a de son côté souligné que le caractère obligatoire n'était "pas forcément la solution". 

Plusieurs mois de restrictions en Allemagne, selon le ministre de l'Economie

L'Allemagne pourrait connaître encore quatre à cinq mois de restrictions, a estimé dimanche le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, douchant les espoirs d'une fin rapide des restrictions mises en place il y a deux semaines. "Le nombre de contaminations est encore bien trop haut, bien plus haut même qu'il y a deux semaines", a déclaré Peter Altmaier à l'hebdomadaire dominical Bild am Sonntag, avant une réunion du gouvernement lundi pour évaluer les progrès des mesures de restriction. "Nous devrons vivre avec des précautions considérables et des restrictions pendant au moins les quatre ou cinq prochains mois", a-t-il encore dit. 

L'Allemagne a imposé depuis début novembre de nouvelles restrictions, qui prévoient la fermeture pendant un mois au moins de toute une série d'établissements, dans la gastronomie, les loisirs, le sport et la culture. La courbe des nouvelles infections au Covid-19 s'est depuis aplatie, mais le nombre de nouveaux cas par jour reste élevé, avec un record de plus de 23.000 recensés vendredi.

Les restrictions approuvées par la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des 16 Etats allemands sont provisoirement en place jusqu'à la fin novembre. Mais les dirigeants se réuniront à nouveau lundi pour décider s'ils doivent les étendre ou introduire des restrictions plus strictes.

Plus d'1,3 million de morts dans le monde

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 1.313.471 morts dans le monde depuis décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11H GMT. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 245.614 décès, devant le Brésil (165.658 morts), l'Inde (129.635 morts), le Mexique (98.259 morts) et le Royaume-Uni (51.766 morts).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a enregistré un record absolu de nouveaux cas de Covid-19 dans le monde pour la journée de samedi, selon son tableau de bord de la pandémie actualisé dimanche. L'agence de l'ONU a reçu notification de 660.905 nouveaux cas pour la journée de samedi.