Déconfinement : Macron prêt à "corriger le tir" si les mesures ne fonctionnent pas

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron a fait état d'un optimisme prudent, mercredi en Conseil des ministres.
Emmanuel Macron a fait état d'un optimisme prudent, mercredi en Conseil des ministres. © AFP
Partagez sur :
Au troisième jour du déconfinement, beaucoup de Français sont heureux de pouvoir rompre l'isolement. Si Emmanuel Macron a fait état d'un optimisme prudent, mercredi en Conseil des ministres, il s'est également dit prêt à prendre des mesures au cas où les consignes ne seraient pas respectées par la population.

Plus de 400.000 commerces rouverts mais aussi de nombreuses plages et bientôt Lourdes : la vie sociale redémarre timidement en France au troisième jour du déconfinement, surveillé de près par Emmanuel Macron. Mercredi, le chef de l'État a affiché un optimisme prudent, au moment de faire le point sur la situation dans toutes les régions. Entouré de ses principaux ministres, le chef de l'Etat a réuni en visioconférence les préfets de région et les directeurs des Agences régionales de santé, se disant prêt à "corriger constamment le tir" si des mesures "ne fonctionnent pas".

"Ce qui est inédit, c'est de rouvrir partiellement des activités tout en essayant de maîtriser l'épidémie", a-t-il résumé. "Il est trop tôt pour crier victoire" mais "la voie suivie [est] la bonne", a-t-il déclaré en ouvrant, mercredi, un Conseil des ministres consacré à la ratification des dizaines d'ordonnances adoptées en urgence pour faire face à la crise du coronavirus.

Les échéances de la Pentecôte et de l'été

L'exécutif s'est donné deux échéances : la fin mai, car "en fonction de l'évolution de l'épidémie, le déconfinement pourra franchir une nouvelle étape après le week-end de la Pentecôte [le 2 juin]" a souligné la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Puis la saison estivale, où les déplacements, notamment avec les pays proches, devront "faire l'objet d'une nécessaire coordination européenne". Mais, a prévenu Emmanuel Macron, le gouvernement doit aussi "s'armer" pour un éventuel reconfinement "si la situation devrait se dégrader".

Au troisième jour du déconfinement, l'objectif est d'éviter les attroupements, comme ceux constatés depuis lundi dans certains quartiers parisiens. Des plages de la Méditerranée à la mer du Nord en passant par l'Atlantique pourraient également rouvrir dès ce week-end pour des promenades ou du sport, selon plusieurs préfets.

Les Parisiens, contraints de porter des masques dans le métro, où des caméras intelligentes mesurent leur degré de discipline, ne pourront en revanche toujours pas retrouver leurs parcs et jardins, malgré un nouvel appel de la maire Anne Hidalgo, au nom de "la santé publique". Le gouvernement a réitéré son refus. Cette ouverture serait "inopportune compte tenu de la vivacité de la circulation du virus en région Ile-de-France", a déclaré Sibeth Ndiaye.