Coronavirus : les mesures de Trump inquiètent les professionnels... et les voyageurs

, modifié à
  • A
  • A
A partir de vendredi et pour 30 jours, tous les vols reliant l'Europe aux Etats-Unis seront suspendus. 1:10
A partir de vendredi et pour 30 jours, tous les vols reliant l'Europe aux Etats-Unis seront suspendus. © AFP
Partagez sur :
Le président américain Donald Trump a décidé de suspendre les voyages en provenance d'Europe et à destination des États-Unis, pour 30 jours à partir de vendredi. Alors que les derniers voyageurs français partent de l'aéroport de Roissy, Jean-Pierre Mas, président des entreprises du voyage, parle d'un "cataclysme" pour son secteur d'activité.
REPORTAGE

Les voyageurs européens ne pourront plus se rendre aux États-Unis à partir de vendredi. Suite à une décision de Donald Trump, les vols reliant l'Europe aux États-Unis sont suspendus pour une durée de 30 jours. Le secteur des transports s'en retrouve complètement déréglé. Les voyageurs voient leurs séjours annulés et les voyagistes, déjà très impactés par la crise du coronavirus, prennent un coup de massue supplémentaire.

Jean-Pierre Mas, président des entreprises du voyage, a qualifié ces mesures de "cataclysme pour l'industrie touristique", mercredi midi sur Europe 1. 

Les agences de voyages face à un problème colossal

1,8 million de Français partent chaque année aux Etats-Unis. Jean-Pierre Mas estime donc qu'environ 600.000 d'entre eux ont déjà réservé leurs vacances ou leurs voyages d'affaires pour les trois prochains mois. "Ça va poser des problèmes colossaux aux compagnies aériennes et aux agences de voyages qui se retrouvent avec des clients à qui elles ne pourront pas fournir la prestation demandée." 

Jean-Pierre Mas explique que les juristes des entreprises du secteur dialoguent actuellement avec le gouvernement pour que ce dernier annonce des mesures d'aide. Le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebarri, a qualifié de "drastiques" les mesures de Donald Trump. Le gouvernement a réuni jeudi matin les principales entreprises de transports pour les rassurer sur le plan économique. Dans le secteur aérien, mais aussi dans celui des autocars, elles devraient bénéficier du report ou de la suppression de certaines taxes. A la mi-journée, l'action Air France perdait pourtant 8% de sa valeur.

Derniers départs vers les États-Unis

Avant la suspension du trafic, vendredi, les derniers voyageurs quittent l'aéroport de Roissy pour s'envoler vers les États-Unis. De nombreuses incertitudes demeurent pourtant. "J’ai de la chance de partir encore aujourd’hui [jeudi]. Le petit souci, c’est de savoir s’il n’y a pas un confinement à l’hôtel là-bas", explique William, retraité en partance pour New York, au micro d'Europe 1.

D'autres craignent de ne pouvoir rentrer après leur séjour, tous les vols n'étant pas assurés. "Air France nous rembourse nos billets de retour mais on a dû se débrouiller", assure Emmanuel, accompagné par sa famille. Il a réussi à trouver un vol retour chez une autre compagnie aérienne, en passant par Londres avant d'atterrir à Paris. Certains touristes américains en France ont quant à eux décidé d'avancer leur retour pour être sûr de pouvoir regagner les États-Unis. 

Europe 1
Par Elise Denjean édité par Antoine Cuny-Le Callet