Faut-il adapter le sommeil de nos enfants pendant le confinement ?

, modifié à
  • A
  • A
Il est important de garder son rythme de sommeil habituel en confinement.
Il est important de garder son rythme de sommeil habituel en confinement. © Free-photos / Pixabay
Partagez sur :
Si le coronavirus a privé les enfants d'école, faut-il pour autant leur permettre de se coucher plus tard ? Invitée de "Sans Rendez-vous" sur Europe 1, la chronobiologiste Claire Leconte affirme que non. 

C'est une question que se posent de nombreux parents pendant cette période de confinement : dois-je coucher mes enfants à la même heure que d'habitude et continuer de suivre le rythme d'ordinaire imposé par l'école ? Affirmatif, répond la chronobiologiste Claire Leconte. Invitée de l'émission "Sans Rendez-vous" sur Europe 1 mercredi, elle y explique que si on ne régule pas notre sommeil, cela va "désynchroniser nos horloges biologiques, et on aura un problème pour reprendre le rythme" une fois le confinement terminé. 

Ne pas décaler l'horaire de coucher de vos enfants...

Si la tentation peut être grande de permettre à ses enfants de se coucher plus tard, notamment parce qu'ils se lèvent plus tard faute d'école, il ne faut surtout pas le faire explique la spécialiste. "C'est la première partie de la nuit qui est la plus importante, pas celle du matin. Il faut donc respecter les horaires de coucher des enfants." Plus favorables, les premières heures dans les bras de Morphée comportent le fameux "sommeil profond", celui qui "va nous aider à lutter contre les virus et les bactéries", précise Claire Leconte.

...et savoir trouver le bon moment d'endormissement...

S'il est donc primordial de maintenir des horaires fixes, encore faut-il savoir à partir de quel moment notre corps le réclame. Ce "bon moment d'endormissement, on peut le ressentir quand on a un coup de froid, cela signifie que la température du cerveau baisse". Ce phénomène va "ouvrir la porte du sommeil", pointe la chronobiologiste, qui s'appuie sur une étude britannique selon laquelle les enfants les plus "distraits" à 7 ans sont ceux qui accusent un "retard de coucher régulier depuis l'âge de 3 ans". 

...y compris pendant le weekend

Une véritable discipline du sommeil qu'il faut continuer d'imposer à ses enfants également le weekend. "Pourquoi a-t-on besoin de se coucher plus tard par plaisir alors qu'on se rend compte finalement que les enfants sont plus fatigués après ?", se demande la spécialiste, qui résume : "Il vaut mieux profiter d'un petit déjeuner où l'on traîne, plutôt que de profiter d'une soirée, c'est plus profitable pour les enfants." D'autant que le premier repas de la journée peut être l'occasion d'un "temps de discussion", mais aussi de faire "son agenda". Un bon moyen "pour que les enfants ne perdent pas leurs repères temporels".

Des conseils valables aussi bien pour les enfants que pour leur parents. 

 

Europe 1
Par Ugo Pascolo