covid hôpital 3:07
  • Copié
Solène Leroux , modifié à
L'inquiétude grandit à propos du variant Omicron, récemment découvert en Afrique du Sud. Des premiers cas ont été détectés en Belgique vendredi. Que sait-on de ce nouveau variant du Covid-19 ? Invité de Raphaël Delvolvé ce midi, le virologue Vincent Maréchal fait le point pour Europe 1.
INTERVIEW

Un nouveau variant qui affole le monde entier. Découvert en Afrique du Sud, le variant Omicron est classé "préoccupant par l'OMS". Invité d'Europe Midi ce samedi, le professeur en virologie à Sorbonne Université Vincent Maréchal est revenu sur ce que l'on sait de cette nouvelle mutation du coronavirus. "C'est un variant détecté très récemment, les premiers échantillons datent du 9 novembre", détaille-t-il. Cette mutation préoccupe car "la protéine de surface, la Spike qui est responsable à la fois de la contagiosité du virus et de l'échappement à la réponse immunitaire, montre un nombre très élevé de modifications par rapport aux formes qu'on connaissait".

Une inquiétude sur l'efficacité des vaccins

Et ce sont précisément ces modifications qui inquiètent les spécialistes, car elles ont une "capacité à être transmise de façon plus importante et d'échapper au moins partiellement au système immunitaire" selon le virologue. De quoi faire douter de l'efficacité des vaccins actuels ? Le co-fondateur du réseau Obépine, l'Observatoire épidémiologique dans les eaux usées, estime que deux questions vont se poser dans les semaines à venir. "Il faut tout d'abord identifier le rôle de plusieurs des mutations centrales dans la réponse immunitaire", soit la capacité du corps à se défendre contre l'infection.

Pour cela, un travail en laboratoire est nécessaire "pour savoir si les anticorps produits après la vaccination sont capables de neutraliser le virus". L'autre possibilité est une approche de terrain en recherchant "un maximum de cas de personnes infectées par ces variants, de compter les gens qui, malheureusement, ont été infectés alors qu'ils étaient vaccinés", explique le virologue. "La combinaison de ces deux paramètres va nous permettre de savoir si ce virus peut échapper à la réponse immunitaire naturelle et à la réponse immunitaire post-vaccinale."

Une contagion possible chez des personnes déjà infectées

L'Omicron est le deuxième variant sud-africain. Et ça n'est pas une coïncidence selon le spécialiste. La présence d'une autre épidémie, celle du VIH, "favorise l'adaptation du coronavirus chez des gens qui ont un système immunitaire fragile". Plus de huit millions de Sud-Africains "sont concernés par cette infection" rappelle Vincent Maréchal. "On voit apparaître chez les personnes infectées des virus qui se sont adaptés, et qui peuvent échapper à la réponse immunitaire." Et c'est là tout le problème pour les épidémiologistes : "On pense que ce virus-là est capable d'infecter des gens qui ont déjà été infectés par des virus précédemment."