Vacances, écoles, déconfinement : ce qu'il faut retenir de l'entretien d'Emmanuel Macron

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron
Le président de la République Emmanuel Macron était en déplacement dans une école à Poissy dans les Yvelines. © AFP
Partagez sur :
Le président de la République Emmanuel Macron était en déplacement dans une école à Poissy dans les Yvelines. Objectif : rassurer avant la réouverture des écoles, prévue à partir du 11 mai. Voici ce qu'il faut retenir de son entretien. 

A moins d'une semaine du début du déconfinement, Emmanuel Macron s'est rendu ce mardi dans une école de la ville de Poissy dans les Yvelines, accompagné par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale. Le groupe scolaire Ronsard accueille déjà des enfants de personnels soignants, de membres des forces de l’ordre ou encore de pompiers. L'objectif du chef de l'Etat : rassurer maires, parents et enseignants quant à la réouverture des écoles à partir du 11 mai, malgré le coronavirus. Voici ce qu'il faut retenir de son entretien. 

La réouverture des écoles

Le chef de l'Etat a rendu hommage aux enseignants, aux familles et élèves mobilisés pour l'enseignement à distance. "L'éducation nationale s'est mobilisée et on a apporté une offre éducative à distance : qu'on n'aille pas dire que les enseignants étaient en vacances. Ils se sont mobilisés, ils ont beaucoup travaillé et je voudrais leur rendre hommage."

"Mon objectif, c'est que tous les enfants qui ont besoin de revenir à l'école (...) puissent trouver une école ouverte avec un temps aménagé", a indiqué Emmanuel Macron, qui poursuit : "Je veux plutôt une bonne rentrée qu'une rentrée en nombre".

"Le 11 dans la plupart des écoles ce sera une journée de pré-rentrée, pour s'organiser entre soi. Et le 12 ou le 14, et là il faut laisser sur le terrain les choix, peut-être chez certains un peu plus tard, on va accueillir progressivement les enfants", a-t-il ajouté. Il a longuement insisté sur une reprise progressive et concertée, en saluant également le rôle des maires qui doivent bénéficier de "temps et de souplesse". 

Le président de la République a également cherché à rassurer les professeurs : "La règle c'est simple : on ne vous mettra jamais en situation de danger en venant faire votre travail. (...) On est en train de s'assurer avec les directeurs et directrices d'écoles que les conditions sont remplies". 

Un conseil de défense jeudi 

Emmanuel Macron a annoncé la tenue d'un conseil de défense jeudi. Des "décisions seront prises", concernant le déconfinement du pays à l'issue de celui-ci. "Au bout de ces trois semaines, on verra si on a une remontée forte dans les urgences et on pourra voir si on maîtrise, si on peut continuer cette phase, si on peut rouvrir un peu plus ou au contraire fermer certaines zones d'activité", a précisé le président de la République 

Jeudi 7 mai, la carte définitive des départements devrait être dévoilée conditionnant ainsi le déconfinement selon un code couleur rouge ou vert. "Pour quelqu'un qui est fragile, plutôt âgé, même en zone verte le virus reste dangereux", a rappelé Emmanuel Macron. Il alerte sur un possible relâchement indiquant que le code couleur vert en signifie pas un retour à la vie normale. 

Une décision en juin pour l'été 

Sur la règle des 100 kilomètres, le président de la République a appelé au pragmatisme. "Qu'est ce que l'on veut éviter ? Le brassage, c'est à dire que des milliers et des milliers de concitoyens, qui viennent d'endroits plus infectés aillent se mettre dans des endroits plus protégés, parce qu'à ce moment là on va accélérer la diffusion du virus un peu partout', a insisté le chef de l'Etat. "Il y a aura encore des éléments de contraintes sur des déplacements longs, dont le gouvernement précisera les règles." 

 

Interrogé sur les vacances d'été, Emmanuel Macron a joué la prudence. "Il est trop tôt pour vous dire qu'on pourra avoir des vacances mais on va limiter les déplacements internationaux : on restera entre Européens, il faudra peut-être même réduire un peu plus. On saura début juin", a-t-il précisé.