Une écotaxe sur l'aérien ? "C'est la concertation qui aboutira à un projet de loi", répond Pompili

, modifié à
  • A
  • A
Barabara Pompili 2000*1000 1:05
Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, était mercredi l'invitée d'Europe 1. © rédéric Bukajlo/ Capa Pictures/ Europe 1
Partagez sur :
Interrogée mercredi sur Europe 1 quant à l'éventuelle mise en place d’une taxation des vols courts ou longs, comme le propose la Convention citoyenne sur le climat, Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, a refusé de trancher. Elle rappelle notamment qu'une concertation doit encore être organisée avec les parlementaires sur les propositions formulées.  
INTERVIEW

Comment organiser la relance du pays en répondant à la fois aux défis économiques et aux défis écologiques ? Le secteur aérien, durement touché par la crise du Covid, est en première ligne de ce double enjeu. Or, parmi les 149 propositions de la Convention citoyenne, figure l’idée d’une taxation de tous les vols - courts ou longs - par une éco-contribution. Au micro d’Europe 1 lundi, Jean-Baptiste Djebbari, le ministre des Transports, s’y est montré clairement opposé. Invitée mercredi d'Europe Matin, sa ministre de tutelle Barbara Pompili, responsable de la Transition écologique, s’est voulue plus nuancée. "Jean-Baptiste Djebbari donne son avis, sauf qu’à la fin c’est la concertation qui aboutira à un projet de loi", a-t-elle rappelé.

"J’ai entendu l’avis personnel d’un ministre, sauf que..."

"Sur les mesures de la Convention citoyenne pour le climat, il faut que l’on concerte avec eux, avec les parlementaires et les partis prenantes pour atterrir !", explique l'écologiste. "J’ai entendu l’avis personnel d’un ministre, sauf que ma méthode n’est pas de dire 'on va faire ça' alors que la concertation n’a pas eu lieu", insiste Barbara Pompili, qui refuse donc de donner son avis sur cette mesure.

Un secteur trop fragilisé pour mettre en place un nouvel impôt

"Je pense que cette taxe aurait des impacts tout à fait délétères", avait pour sa part déclaré Jean-Baptiste Djebbari au même micro, estimant qu'elle risquerait de porter le coup de grâce à un secteur déjà profondément ébranlé par une mise à l'arrêt quasi-totale en raison de la crise sanitaire. 

Europe 1
Par Romain David