Sondage : trois quarts des Français ont une mauvaise opinion de Jean-Luc Mélenchon

  • A
  • A
Seulement 28% des personnes interrogées disent avoir une bonne opinion de Jean-Luc Mélenchon.
Seulement 28% des personnes interrogées disent avoir une bonne opinion de Jean-Luc Mélenchon. © Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :
Un total de 72% des Français interrogé par Odoxa disent avoir une mauvaise opinion du leader de La France insoumise, dont s’est ouvert jeudi le procès après la perquisition houleuse d'octobre 2018 au siège de son parti.
SONDAGE

Les trois quarts des Français disent avoir une mauvaise opinion de Jean-Luc Mélenchon dont l'image s'est nettement dégradée en deux ans, selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et franceinfo. Un total de 72% des Français disent avoir une mauvaise opinion du chef de file de La France insoumise (35% "plutôt mauvaise" et 37% "très mauvaise"), selon ce sondage publié jeudi.

Ils sont 28% à avoir à l'inverse une bonne opinion (5% "très bonne" et 23% "plutôt bonne"), soit 14 points de moins qu'en septembre 2017 (42%) et huit de moins qu'en novembre 2017 (36%). La popularité de Jean-Luc Mélenchon reste extrêmement forte dans les rangs des sympathisants LFI (95% ont une bonne opinion de lui), mais les sympathisants PS, EELV, LREM, LR et RN ont majoritairement une mauvaise opinion de lui.

Une personnalité jugée "agressive"

Côté image, 73% des personnes interrogées jugent que le qualificatif "agressif" s'applique "plutôt bien " à sa personnalité (+4 points). À l'inverse, une majorité considère que "proche des gens", "compétent", "honnête" ou "sympathique" s'appliquent "plutôt mal". Interrogés en outre pour savoir s'ils considèrent que le procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches jeudi et vendredi après la perquisition mouvementée d'octobre 2018 au siège de LFI était "politique" comme ceux-ci le clament, 62% des Français disent ne pas être d'accord, tandis que 37% sont d'accord.

Enfin, 65% voient dans Jean-Luc Mélenchon "plutôt un handicap" pour LFI (34% "un atout") et 74% "plutôt un handicap pour la gauche" ("plutôt un atout" pour 25%). Ce sondage a été réalisé par internet les 18 et 19 septembre, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 1.005 personnes âgées d'au moins 18 ans. La marge d'erreur est de 1,4 à 3,1 points.

Un autre sondage, d'Elabe pour BFMTV, publié mercredi, montrait que 76% des personnes interrogées jugeaient que le qualificatif d'"autoritaire" s'appliquait bien à Jean-Luc Mélenchon, 72% le pensant pour le terme "arrogant", 58% pour "dynamique". Et 61% n'étaient "pas d'accord" avec l'idée que le procès soit "politique" (39% "d'accord").

Un sondage critiqué

Des députés LFI ont critiqué le sondage Odoxa vendredi, Adrien Quatennens y voyant sur Radio Classique "une manipulation" tandis que Eric Coquerel évoquait sur Public Sénat les conséquences des "images qui tournent en boucle qui laissent penser que Jean-Luc Mélenchon est quelqu'un qui ne se contrôle pas". Mathilde Panot, sur RFI, a, préféré mettre en avant les près de "quatre Français sur dix" qui pensent que le procès est "politique".