Retraite des enseignants : Jean-Michel Blanquer promet une "réflexion approfondie sur la rémunération"

  • A
  • A
Jean-Michel Blanquer s'est engagé lundi, lors d'une visite à Besançon, à conduire une "réflexion approfondie sur la rémunération des enseignants". (Photo d'archives)
Jean-Michel Blanquer s'est engagé lundi, lors d'une visite à Besançon, à conduire une "réflexion approfondie sur la rémunération des enseignants". (Photo d'archives) © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est engagé lundi à conduire une "réflexion approfondie sur la rémunération des enseignants".

Lundi, à la veille d'une rencontre avec les syndicats consacrée à la réforme des retraites, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est engagé lundi, lors d'une visite à Besançon, à conduire une "réflexion approfondie sur la rémunération des enseignants".

"Notre objectif, (…) c'est qu'au moment où, vers 2025, s'enclenchera la réforme des retraites, ce soit un système juste pour les enseignants comme pour le reste de la France", a-t-il déclaré, indiquant qu'il recevrait les syndicats mardi, en compagnie du haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye.

"Un message de soutien et de gratitude"

"Cela va donc nous permettre d'avoir une réflexion approfondie sur la rémunération mais aussi sur notre vision des ressources humaines" d'un ministère qui compte près d'un million de fonctionnaires, a-t-il poursuivi devant la presse. Les syndicats redoutent que les enseignants, qui perçoivent peu de primes par rapport à d'autres cadres de la fonction publique, soient pénalisés par la réforme qui prévoit une retraite calculée sur l'ensemble de la carrière et non plus sur les six derniers mois d'activité.

Interrogé par ailleurs sur l'évolution du statut des directeurs d'école - débat relancé par le suicide d'une directrice en Seine-Saint-Denis -, Jean-Michel Blanquer, qui visitait une école primaire dans un quartier défavorisé de Besançon, a souhaité "dégager un consensus sur cette question" avec les organisations syndicales. "Mon message aux directeurs d'école est toujours le même, c'est un message de soutien et de gratitude de l'ensemble du pays", a-t-il poursuivi, mais "aussi un message de progrès". "Nous avons certainement à faire évoluer cette mission", a-t-il insisté.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP