Pour François-Xavier Bellamy, Jean-Luc Mélenchon a une vision "raciste" de la France

, modifié à
  • A
  • A
François-Xavier Bellamy était l'invité d'Europe 1 ce lundi matin. 3:44
François-Xavier Bellamy était l'invité d'Europe 1 ce lundi matin. © Europe 1
Partagez sur :
Le député européen LR François-Xavier Bellamy a dénoncé, mardi matin sur Europe 1, la vision "raciste" de la France de Jean-Luc Mélenchon lorsque ce dernier parle de "créolisation" du pays. Selon l'eurodéputé, cette vision "ne correspond pas du tout à l'identité de la nation française".

"Quand Jean-Luc Mélanchon s'enthousiasme de la créolisation de la France, se réjouit et fait applaudir le fait que 50% de la population française sera métissée en 2050, la vérité, c'est que ce n'est pas du tout une créolisation qui est en train de se produire, c'est une fracturation", s'est indigné François-Xavier Bellamy ce lundi matin au micro d'Europe 1.

Pour l'eurodéputé LR, la vision de la France de Jean-Luc Mélenchon est "raciste". "Dire que la société est en train se métisser, c'est raciste. Ça ne correspond pas du tout à l'identité de la nation française", a-t-il expliqué. "Quel peuple est assez fatigué pour applaudir le fait que des gens venus d'ailleurs sont en train de le transformer ?", s'est-il interrogé.

"Il faut s'assimiler"

François-Xavier Bellamy a ainsi défendu une vision aux antipodes de celle de Jean-Luc Mélenchon, une vision "profondément universaliste, qui est justement opposée à toute forme d'éthnicisme". "La France, ça n'est pas une ethnie qu'on vient métisser. La France, c'est une culture qu'on vient rejoindre. Il faut s'assimiler", a-t-il précisé, ajoutant que "le Code civil dit aujourd'hui que nul ne peut être naturalisé s'il ne justifie de son assimilation à la communauté nationale".

"Il y a de fait des Français venus d'ailleurs qui ont donné, dans toute l'histoire, leur vie pour la France, qui ont illustré la littérature et la culture française parce qu'ils l'ont rejointe et qu'ils l'ont épousée. Mais cette prétention au métissage est une forme de violence absurde", a conclu le député européen.

Europe 1
Par Justine Hagard