"On met l'ensemble de l'arsenal possible pour sauver notre agriculture", assure Muriel Pénicaud

, modifié à
  • A
  • A
4:22
Partagez sur :
La ministre du Travail a justifié l'appel lancé mardi par Didier Guillaume pour sauver l'agriculture française durant cette crise sanitaire liée au coronavirus. Invitée de Sonia Mabrouk, Muriel Pénicaud a détaillé les mesures qui seront mises en place "dans les prochaines heures".
INTERVIEW

Un appel à la solidarité. Voilà comment Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a expliqué l'appel lancé mardi par le ministre de l'Agriculture à ceux qui n'ont plus d'activité de rejoindre "la grande armée de l'agriculture française", en quête de main d'oeuvre. Invitée mercredi de Sonia Mabrouk, Muriel Pénicaud a détaillé sur Europe 1 les raisons et les mesures de cet appel. 

"C'est une opération qu'on monte depuis quelques jours avec Didier Guillaume, Bruno Le Maire et la FNSEA. Je crois que dans les activités indispensables des semaines qui viennent, il y a évidemment toute la filière alimentaire. Les Français ont besoin d'être nourris", a-t-elle expliqué.

"Une manière solidaire d'agir"

"C'est la saison des fruits, des légumes, des semis, et il y a 200.000 personnes qui sont attendues dans les champs pour les quelques semaines qui viennent. Cette année, il n'y aura pas le renfort des travailleurs détachés, donc on fait un appel, sur volontariat, pour les demandeurs d'emploi, pour les salariés qui sont en chômage partiel et qui sont à l'inactivité forcée, ou des indépendants qui ont du fermer leur restaurant, leur bar, et qui sont prêts à venir en étant évidemment rémunérés et protégés, évidemment, parce que j'y veille beaucoup", a poursuivi la ministre du Travail. "Je crois que c'est aussi une manière solidaire d'agir". 

Dispositifs "opérationnels dans quelques heures"

"On a déjà mis en place les dispositifs, il vont être opérationnels dans quelques heures avec les ordonnances et les décrets qu'on met en place. On pourra par exemple cumuler le chômage partiel et une autre rémunération quand on est en train d'aider un agriculteur. Ce n'est pas du tout classique mais ça nous paraît important", a souligné Muriel Pénicaud. 

"Toutes les charges sociales pour toutes les entreprises qui le souhaitent sont reportées. Tout ce qui est fiscalité aussi, pour toutes les entreprises qui en font la demande. Donc on met l'ensemble de l'arsenal possible pour sauver notre agriculture mais aussi permettre d'être certain que les Français vont être nourris dans les semaines qui viennent avec des produits frais et pas seulement des pâtes". 

La cohérence du confinement, "ce n'est pas tout ou rien"

"La cohérence, ce n'est pas tout ou rien", a défendu Muriel Pénicaud, interrogée sur la question de regrouper plusieurs personnes dans les champs en pleine période de confinement. "Il faut bien sûr que tout le monde reste chez soi s'il n'a pas une activité nécessaire dans le contexte actuel", a-t-elle rappelé, avant de justifier plus en détail l'intérêt collectif de cette démarche.

"Il y a beaucoup de métiers en cascade qui sont concernés. Parce que l'agro-alimentaire qu'on va ramasser, les légumes, derrière, il faut du conditionnement, des emballages, des transporteurs, il faut que les chauffeurs routiers, quand ils sont sur l'aire d'autoroute, que ce soit nettoyé, parce que sinon ils ne peuvent pas faire leur pause et se laver les mains. Il faut ensuite que la grande distribution, les entrepôts, la logistique et les petits commerces alimentaires puissent fonctionner. C'est une chaîne de solidarité économique. C'est ça le service économique minimum".

En revanche, la ministre a assuré veiller à la santé de ces volontaires qui viendraient en remplacement des habituels travailleurs détachés. "Je serai intraitable sur les protections que mettent en place les entreprises, parce qu'on ne jouera pas avec la santé des salariés. Mais ils travaillent pour tous les autres, il faut les remercier". La filière est en train de s'adapter aux désormais fameux gestes barrières : le travail doit se faire tous les deux rangs pour éloigner les salariés et des jerrycans d'eau et du savon doivent être installés au bout de chaque rangée.