Mobilisation pour l'emploi : Édouard Philippe plaide pour faire "de la haute couture"

, modifié à
  • A
  • A
Édouard Philippe a reconnu avoir mis "beaucoup de pression sur le calendrier" aux membres du gouvernement.
Édouard Philippe a reconnu avoir mis "beaucoup de pression sur le calendrier" aux membres du gouvernement. © THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
En matière de lutte contre le chômage, le Premier ministre a prôné pour du "sur mesure", territoire par territoire, avec six chantiers prioritaires.

Édouard Philippe a plaidé pour faire de "la haute couture" en traitant, "territoire par territoire", les chantiers abordés lundi avec les associations d'élus et partenaires sociaux à Matignon dans le cadre de la "mobilisation pour l'emploi et la transition écologique".

"Que les Français voient la différence"

"Territoire par territoire, il faut qu'on fasse de la de la haute couture, en tout cas du 'sur mesure' pour être certain que les solutions concrètes sont bien apportées et que les changements se voient", a déclaré le Premier ministre après plusieurs heures de réunions à Matignon.

"Mon objectif c'est de faire en sorte que les changements se voient, que les Français voient la différence, c'est pour ça que nous avons mis, d'une certaine façon, beaucoup de pression sur le calendrier", a-t-il poursuivi en affirmant vouloir "aboutir pour le mois de septembre".

Un sixième chantier établi

L'exécutif, se prévalant d'utiliser une "méthode nouvelle", "précieuse", a mis lundi sur la table cinq chantiers avec les corps intermédiaires : l'apprentissage, les emplois non pourvus, les freins à la reprise de l'emploi, l'accompagnement des territoires aux transitions, et les gestes écologiques du quotidien.

Après la réunion de lundi, et à l'initiative de la CFDT, "nous avons décidé d'en rajouter un sixième : celui de la rénovation thermique ou énergétique des bâtiments", a indiqué Édouard Philippe. "Il nous a semblé que, là encore, si nous voulions obtenir de bons résultats en la matière, il fallait mettre autour de la table territorialement l'ensemble de ceux qui peuvent intervenir sur le sujet: les entreprises, les organisations syndicales, les acteurs locaux qui sont essentiels, les grands opérateurs, l'État", a détaillé Édouard Philippe.