Marine Le Pen moque un président en "panique" avant les européennes

  • A
  • A
La présidente du RN a également dénoncé la diffusion d'un clip gouvernemental sur les élections européennes à venir.
La présidente du RN a également dénoncé la diffusion d'un clip gouvernemental sur les élections européennes à venir. © ALBERTO PIZZOLI / AFP
Partagez sur :
Réagissant aux propos d'Emmanuel Macron sur Europe 1 mardi matin, Marine Le Pen estime que le président est "en panique" à l'approche des européennes. 

Marine Le Pen a moqué mardi un président "en panique" avant les élections européennes, après l'interview d'Emmanuel Macron sur Europe 1 et la diffusion d'un clip gouvernemental controversé insistant sur le danger des nationalismes en Europe. Le chef de l'État s'est inquiété, sur Europe 1 mardi matin, de la montée des nationalismes en Europe, disant espérer que le parti de Marine Le Pen "ne gagnera pas" et que "d'autres forces politiques qui sont dans le champ politique républicain l'emporteront".

 

"Une raclée électorale". Un clip du gouvernement appelant les citoyens à voter aux européennes affichant l'Italien Matteo Salvini et le Hongrois Viktor Orban comme repoussoirs, avait auparavant suscité la polémique. Interrogée à l'Assemblée nationale, la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN) a estimé que les deux sujets "apportaient la preuve d'une véritable panique du pouvoir face à une séquence électorale dont il sait qu'elle va très probablement être pour lui une raclée électorale". Le RN et le parti présidentiel LREM sont au coude-à-coude des intentions de vote à ce scrutin, selon un sondage Ifop publié dimanche. 

"D'un ringard absolu". Les propos d'Emmanuel Macron ne sont pas "très nouveaux dans la vie politique française (...) J'ai l'impression d'avoir entendu ça toute ma vie : l'Europe, c'est la paix. Les nations, c'est la guerre, le rassemblement national est hors du champ républicain. C'est d'un ringard absolu", a lancé la dirigeante d'extrême droite. Le spot gouvernemental utilise "les moyens de l'État" pour un "clip à vocation électorale", a également dénoncé la finaliste de la présidentielle en 2017, jugeant le procédé contraire "aux règles de financement des campagnes".