Marine Le Pen dénonce les pistes "inadmissibles" de Macron pour organiser l'islam en France

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La présidente du Front national, invitée sur Europe 1 dimanche, a fustigé certaines pistes esquissées par Emmanuel Macron dans le JDD pour réformer l'organisation du culte musulman en France.

INTERVIEW

"C'est pour le moins flou." Voilà peut-être ce que Marine Le Pen pouvait dire de moins sévère sur les pistes de réflexion d'Emmanuel Macron pour réorganiser le culte musulman en France. Les jalons posés par le président dans le JDD ont ulcéré la présidente du Front national. "Il y a toute une série de pistes dont certaines sont insupportables, inadmissibles", a-t-elle lancé dimanche dans Le Grand Rendez-Vous d'Europe 1, avec CNews et Les Échos

"Par exemple l'idée d'un Concordat, l'idée de réformer la loi de 1905", a-t-elle poursuivi. "Le reste est tellement flou qu'on ne sait pas du tout ce qui va arriver, par exemple avec le financement du culte."

"Arrêt total du financement étranger des mosquées". La présidente du Front national a donné ses propres propositions pour le culte musulman en France. Avec un mort d'ordre : la fermeté. "Moi je suggère l'arrêt total du financement étranger des mosquées. Un pays étranger n'a pas le droit de financer des mosquées en France", a-t-elle expliqué. "D'ailleurs il n'y a pas que les mosquées, il y a aussi les imams qu'ils envoient." Marine Le Pen s'est également insurgée contre les mosquées salafistes, demandant leur fermeture. "Cela a été un tout petit peu fait et puis elles ont été réouvertes au bénéfice de la suppression de l'État d'urgence."

Polémique Mennel. Par ailleurs, la présidente du Front national s'est aussi exprimée sur l'affaire Mennel, du nom de cette candidate de l'émission "The Voice" qui a finalement décidé de quitter le programme de TF1, après que d'anciens messages complotistes postés sur les réseaux sociaux ont été déterrés. "Je pense que [se retirer de l'émission] c'est la moindre des choses", a tranché Marine Le Pen. "Les fondamentalistes islamistes utilisent tous les moyens pour normaliser l'islam radical."