Manif anti-PMA : Geoffroy Didier (LR) plaide contre une droite "étroite"

, modifié à
  • A
  • A
Didier Guillaume veut résister à l'"offensive des ultra-conservateurs" au sein de la droite républicaine.
Didier Guillaume veut résister à l'"offensive des ultra-conservateurs" au sein de la droite républicaine. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
L'eurodéputé fait partie des rares membres des Républicains à soutenir l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, arguant que cette réforme suit l'évolution de la société.
SUR LE JDD

L'eurodéputé LR Geoffroy Didier défend l'ouverture de la PMA à toutes les femmes comme une réforme qui "ne tuera personne", invitant ses collègues qui comptent manifester dimanche à ne pas être une droite "étroite", dans une interview au JDD.

"Cette réforme permettra à des êtres humains qui s'aiment de réaliser leur projet parental. Elle ne tuera personne", affirme l'élu LR dans cette interview publiée le jour où les opposants s'apprêtent à défiler contre cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

"Depuis 20 ans, la droite passe à côté de la société"

"J'assume d'y être favorable, donc minoritaire au sein de ma famille politique" largement opposée à la mesure, ajoute Geoffroy Didier, alors que certains LR tel François-Xavier Bellamy, Guillaume Larrivé, ou Julien Aubert devraient être dans les rangs des manifestants. Il souligne que d'autres membres du parti soutiennent la PMA pour toutes "parce qu'une nouvelle génération est en train de comprendre que depuis 20 ans, la droite passe à côté de la société. Elle est allée dans le mur en s'opposant au Pacs puis au mariage pour tous, devenus des acquis sociétaux que plus personne ne conteste". 

Interrogé sur la possibilité pour une droite pro-PMA d'exister au sein de LR, il affirme qu'"on assiste depuis quelques temps à une offensive des ultra-conservateurs". Il existe une autre droite "ferme mais ouverte" qui n'est "pas morte, mais est devenue silencieuse", dit-il. Et à ceux qui ont fait part de leur intention de manifester, l'eurodéputé adresse un message: "plus la droite sera étroite, plus elle se condamnera à l'échec".