Les appels à la démission de Valls à l'Assemblée se multiplient

, modifié à
  • A
  • A
Manuel Valls ne siège presque plus à l'Assemblée depuis plusieurs mois.
Manuel Valls ne siège presque plus à l'Assemblée depuis plusieurs mois. © Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :
L'ancien Premier ministre pourrait annoncer mardi sa candidature à la mairie de Barcelone. Pour se collègues de l'Assemblée, il devrait alors démissionner de son mandat de député de l'Essonne. 

Des députés de divers bords politiques ont estimé vendredi que Manuel Valls devrait démissionner de son siège à l'Assemblée nationale, dans le cas où il déciderait de présenter sa candidature aux élections municipales à Barcelone. L'ancien Premier ministre, qui avait été réélu en 2017 dans sa circonscription d'Evry, dans l'Essonne, va annoncer mardi s'il brigue la tête de la deuxième ville d'Espagne. "Il est plus correct vis-à-vis des électeurs qu'il démissionne dès sa déclaration de candidature", a affirmé la députée PS Cécile Untermaier, dans le sillage de la présidente des élus socialistes à l'Assemblée nationale, Valérie Rabault.

"Il sait qu'il faudrait qu'il démissionne". Même constat pour Marie Lebec, députée de la majorité LREM que Manuel Valls avait rejointe en juin 2017 après avoir quitté le PS. "Il sait qu'il faudrait qu'il démissionne. On en avait discuté et il m'avait dit qu'il n'y allait pas pour perdre, donc lui-même sait qu'il prendra cette décision" de quitter l'Assemblée, a expliqué cette dernière.

"S'il est bien candidat, il est indispensable sur le plan démocratique qu'il annonce aussi sa démission de ses fonctions de député et d'élu municipal d'Evry et que des élections législatives soient convoquées", a réagi pour sa part le député LFI Alexis Corbière sur Twitter. "Cela fait depuis avril qu'il réfléchit à sa candidature à Barcelone. Cette situation n'a que trop duré. C'est une situation intenable!", a dit à l'AFP l'ex-rivale de Manuel Valls aux élections législatives, Farida Amrani (LFI), dont la pétition pour réclamer la démission de l'ex-Premier ministre a recueilli 11.500 signatures.