Le référendum, une piste qu'envisage de plus en plus sérieusement Emmanuel Macron

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron avec les maires (1280x640) Michel Euler / POOL / AFP
Emmanuel Macron, inscrit avec des maires de l'outre-mer, envisagerait d'avoir recours au référendum. © Michel Euler / POOL / AFP
Partagez sur :

Selon "Le Journal du dimanche", l'exécutif serait prêt à organiser un référendum pour sortir de la crise des "gilets jaunes". Le date du 26 mai, jour des élections européennes, est même avancée par des proches du président.

Face aux "gilets jaunes" qui réclament plus de démocratie, Emmanuel Macron serait tenté d'avoir recours au référendum. Dimanche, Le JDD rapporte des confidences de proches du président qui affirment que cette piste est sérieusement étudiée et pourrait conclure le "grand débat national".

Les enveloppes déjà commandées. Le chef de l'État serait sur le point de l'organiser en même temps que les élections européennes, le 26 mai prochain. "Selon nos informations, le ministère de l'Intérieur a commandé auprès de plusieurs imprimeurs et papetiers les enveloppes et les papiers qui serviront à être utilisés le jour du vote", indique sur Europe 1 l'éditorialiste du Journal du Dimanche David Revault d'Allonnes. Selon des proches du président, cités par Le JDD, Emmanuel Macron n'aurait plus que quelques jours pour se décider. "Il va falloir décider très vite, sous une semaine", précise l'un d'eux.

Une réponse politique au "grand débat". Pour le chef de l'État et son entourage, les autres options qui se présentent à lui pour sortir de la crise des "gilets jaunes" - remaniement ministériel, dissolution de l'Assemblée nationale ou organisation d'un "Grenelle" - ne sont pas satisfaisantes, voire dangereuses pour la stabilité de sa majorité. Le référendum apparaît donc comme le meilleur choix, d'autant qu'il permettrait d'apporter une réponse politique au "grand débat national".

Un "QCM". "Ce référendum serait le débouché politique de ce débat, avec notamment l'hypothèse envisagée d'un QCM qui permettrait de traiter nombre de questions institutionnelles ou démocratiques, comme par exemple la réduction du nombre de parlementaires, l'introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives, mais aussi des sujets économiques, sociaux, fiscaux, voire sociétaux. "Tout est ouvert", précise David Renault d'Allonnes sur Europe 1.

"Ce que le président Macron et son entourage visent, c'est un vrai rebond politique qui permette à l'exécutif de reprendre la main et de continuer à réformer", commente l'éditorialiste. "Car on s'aperçoit bien qu'aujourd'hui le gouvernement et le président sont complètement à l'arrêt, encalminés par cette crise des 'gilets jaunes'".