"La loi doit être supérieure à toute prédisposition religieuse", martèle Darmanin

, modifié à
  • A
  • A
Gérald Darmanin était l'invité d'Europe 1, jeudi matin. 2:23
Gérald Darmanin était l'invité d'Europe 1, jeudi matin. © Europe 1
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, jeudi matin, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est revenu sur la philosophie du projet de loi confortant les principes républicains (ex-projet de loi sur les séparatismes), débattu depuis lundi à l'Assemblée nationale. 
INTERVIEW

"On ne doit pas se laisser imposer une loi de Dieu." Invité de la matinale d'Europe 1, jeudi matin, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a explicité son approche du débat entre liberté de conscience et respect de l'Etat de droit, alors que l'Assemblée nationale examine depuis lundi le projet de loi confortant les principes républicains (ex-projet de loi sur les séparatismes). "La loi doit être supérieure à toute prédisposition religieuse", a-t-il martelé. 

Des critiques chez les représentants des cultes

Le principe, déjà affirmé par le ministre de l'Intérieur en début de semaine, a suscité l'inquiétude des représentants des religions. "La liberté de culte est quelque chose de consubstantiel" au système républicain, laïc", a notamment affirmé au micro d'Europe 1, Haim Korcia, le grand rabbin de France, qui demande à ce que cette liberté soit inscrite dans la loi débattue par les députés

Une demande balayée par Gérald Darmanin. Sans nier cette liberté de culte - "ce qui relève du domaine spirituel est tout à fait respectable, les croyants peuvent être d'excellents citoyens, bien évidement" - , le ministre de l'Intérieur confirme ses propos sur Europe 1. "Si une loi de Dieu venait à dire que tous ceux qui ne pensent pas comme telle religion sont des mécréants, bien sûr que la loi des hommes est supérieure", affirme-t-il. 

"C'est la laïcité qui protège" les religions, selon Darmanin

Et Gérald Darmanin de citer Aristide Briand, "qui disait à la tribune de l'Assemblée que la loi doit permettre la foi, tant que la foi n'est pas au-dessus de la loi". "C'est justement la laïcité qui a permis l'essor des religions", poursuit le ministre de l'Intérieur. "C'est la laïcité qui protège les juifs, les musulmans, les catholiques, les musulmans, qui protège les athées ceux qui se posent des questions, ceux qui ne croient plus…"

Une laïcité composée de "trois choses", selon Gérald Darmanin. "La liberté de culte, qui ne doit pouvoir être limitée qu'à la condition qu'elle menace l'ordre public (…), la liberté de conscience, et la neutralité de l'Etat et de ses agents. Ce n'est rien d'autre."

Europe 1
Par Margaux Lannuzel