Insécurité : "Ça urge à Dijon, mais ça urge partout en France", estime François Rebsamen

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le maire PS de Dijon, François Rebsamen, a indiqué mardi sur Europe 1 qu'il réclamait plus de forces de l'ordre pour sécuriser sa ville. En vain jusqu'ici. 
INTERVIEW

"Il faut donner des moyens supplémentaires aux forces régaliennes." Voilà en somme le message que François Rebsamen, maire PS de Dijon, a voulu passer mardi sur Europe 1. Interrogé sur les affrontements entre pompiers et forces de l'ordre, l'après-midi même à Paris, lors d'une manifestation, l'ancien ministre du Travail de François Hollande y a surtout vu l'expression d'une lassitude et d'une fatigue généralisée.

"On manque de policiers, de gendarmes"

Lui-même réclame, a-t-il expliqué, des CRS supplémentaires dans sa commune de Côte-d'Or. "Je demande à avoir des CRS pour sécuriser un quartier, où des jeunes voyous se comportent comme au Far West. Ils attaquent les tramways avec des scooters, des cailloux… Ils brûlent les voitures quasiment tous les soirs."

L'édile a donc appelé Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur. "Il a dit qu’il allait étudier ma demande. J’espère qu’il va l’étudier vite, car ça urge. Ça urge à Dijon, mais ça urge partout en France."

Selon François Rebsamen, "on manque de policiers, de gendarmes. Il n'y a pas les forces de police, parce qu'elles sont mobilisées sur Paris, essentiellement." Mais ce n'est pas tout.

Selon lui, le projet de loi de finances 2020 prévoit une baisse des effectifs. "Il semblerait qu'il y ait 2.500 fonctionnaires en moins, donc j'alerte là-dessus. Ce n'est pas bien."