INFORMATION EUROPE 1 - "STOP au racket !" : le tract offensif des Républicains sur les carburants

, modifié à
  • A
  • A
© CLÉMENT LESAFFRE / EUROPE 1
Partagez sur :
Alors que la grogne monte sur le prix des carburants, Les Républicains ont décidé de peser dans le débat. Un tract du parti sera distribué à partir de ce week-end sur les marchés pour pousser leurs contre-propositions.
INFO EUROPE 1

Les Républicains s'emparent du débat sur les prix des carburants. Alors que la colère des automobilistes prend de l'ampleur et que se profile la journée de blocage du 17 novembre, le parti a décidé d'imposer ses propositions sur les marchés de France. Une vaste opération de tractage va être lancée ce week-end, selon les informations d'Europe 1, avec pour slogan "STOP au racket des automobilistes !".

Proposition d'un "ticket-carburant mensuel". Sur ce tract, Les Républicains réclament que "le gouvernement annule toutes les hausses de taxes sur les carburants", en référence aux augmentations de 6,5 centimes sur le litre de diesel et de le 2,9 centimes sur le sans plomb votées dans le budget 2019 et qui entreront en vigueur au 1er janvier. Le parti a fait ses propres calculs et affirme sur le document que le plein de gasoil de 50 litres va coûter de plus en plus cher à cause des taxes, jusqu'en 2022.

Tract LR

Au-delà de la simple critique du gouvernement, LR entend bien ancrer ses propositions dans l'opinion publique, à commencer par la création d'un "ticket-carburant mensuel", "sur le modèle des tickets-restaurant", versé à chaque salarié, "sans impôts et sans charges". Une proposition déjà formulée par les députés Damien Abad et Guillaume Peltier. Dimanche, sur Europe 1, ce-dernier avait évoqué un montant de "100 euros". "Ce chèque-carburant s'adresse d'abord aux 13 millions de Français qui vivent dans la France des provinces et n'ont pas la chance de disposer d'un réseau de transports en commun", avait expliqué le député LR du Loir-et-Cher. 

Macron favorable à une aide au transport. Les Républicains demandent également au gouvernement de "renforcer la prime à la casse pour faire la transition écologique en aidant les Français, pas en les punissant". Invité exceptionnel d'Europe 1 mardi matin, le président Emmanuel Macron s'est déclaré favorable à la mise en place à l'échelle nationale d'une aide aux transports semblable à celle en vigueur dans les Hauts-de-France, d'un montant de 20 euros versés sous conditions aux automobilistes qui utilisent leur voiture personnelle pour aller travailler.