Grève du 5 décembre : "Cela démarre plus fort qu'en 1995", estime Olivier Besancenot

, modifié à
  • A
  • A
Olivier Besancenot 2000
© AFP
Partagez sur :
Dans "Votre grand journal du soir" sur Europe 1, le porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) Olivier Besancenot s'est félicité de la mobilisation de jeudi, à travers toute la France, contre le projet de réforme des retraites.
INTERVIEW

Il défilait aujourd'hui à Paris, à l'occasion de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), a salué sur Europe 1 "le début d'une grande mobilisation sociale". "On a souvent fait le parallèle avec 1995 contre le plan Juppé. Cela démarre plus fort qu'en 1995", a estimé l'homme politique.

"Nous souhaitons le retrait pur et simple de cette réforme"

510.000 manifestants dans quelques 70 villes en région selon la police et les préfectures, 250.000 à Paris, à 18 heures selon la CGT, la mobilisation, contre la réforme des retraites du gouvernement d'Edouard Philippe, a été très suivie jeudi, un peu partout en France. "Le gouvernement a du soucis à se faire", selon Olivier Besancenot, qui s'est réjoui de tels rassemblements.

Le porte-parole du NPA souhaite "le retrait pur et simple de cette réforme". De son côté l'Elysée a indiqué, par communiqué, que "l'architecture générale" de la réforme sera annoncée en milieu de semaine prochaine par le Premier ministre. "On a déjà une idée de ce qu'il y a dans cette réforme", a rappelé Olivier Besancenot. Au micro d'Europe 1, il dénonce le principe d'un système par point, qui "consiste à comptabiliser votre retraite sur l'entièreté de votre carrière professionnelle, incluant les périodes de chômage et de bas salaires, et non plus simplement sur les meilleures années".

Pour l'homme politique de gauche, pas de doute, "les salariés du public et du privé vont perdre". "Quand vous indiquez que vous faites une réforme à taux constant en plafonnant les ressources à 14% du PIB, tout en expliquant qu'il y aura davantage de retraités, il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour comprendre que les pensions vont baisser", a souligné Olivier Besancenot.

Olivier Besancenot dénonce "un déficit créé de toutes pièces"

Interrogé sur le déficit du système des retraites, brandi par le gouvernement pour justifier cette réforme, Olivier Besancenot a tenu à balayer cette idée, dénonçant "un déficit entre 8 et 18 milliards créé de toutes pièces". Pour le porte-parole du NPA, le projet de réforme vise à "casser le système de retraites" et permettre le développement d'un système de retraites par capitalisation, favorable aux plus hauts revenus. Olivier Besancenot a fait savoir qu'il restera mobilisé contre le projet, rappelant que "personne ne manifeste et ne fait grève par plaisir".

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau