Grand débat national : les députés insoumis invités à l'Elysée boycottent Macron

  • A
  • A
"Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l'Etat nous avons un pyromane", dénonce François Ruffin. (photo d'archive)
"Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l'Etat nous avons un pyromane", dénonce François Ruffin. (photo d'archive) © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Invités à participer vendredi à un déjeuner à l'Elysée dans le cadre du "grand débat national", les trois députés La France insoumise des Hauts-de-France ont décliné l'invitation lundi. 

Les trois députés insoumis des Hauts-de-France, François Ruffin en tête, ont annoncé lundi qu'ils ne participeraient pas au déjeuner organisé le 29 mars à l'Elysée par le président Macron dans le cadre du "grand débat national". "Monsieur le Président, grand merci pour votre invitation, mais je ne viendrai pas déjeuner à l'Elysée", a écrit notamment François Ruffin sur les réseaux sociaux.

"Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l'Etat nous avons un pyromane. Plutôt qu'un grand débat et des LBD, vous devez ouvrir de véritables négociations autour de quatre points", explique le député de la Somme, évoquant "une TVA à 0% pour les produits de première nécessité, le retour de l'ISF, la mise en place du RIC et l'amnistie des 'gilets jaunes'".

"Servir vos intérêts particuliers"

"Je ne souhaite pas donner de crédit à un dispositif qui, de mon point de vue, sert vos intérêts particuliers et non ceux du peuple français", justifie de son côté le député du Nord Adrien Quatennens. Interrogé par l'AFP, le troisième député insoumis des Hauts-de-France, Ugo Bernalicis a indiqué qu'il déclinait également l'invitation présidentielle. 

Emmanuel Macron a convié une dizaine d'élus des Hauts-de-France à venir déjeuner le 29 mars à l'Elysée pour "échanger" dans le cadre du "grand débat national". Depuis le 15 janvier, le chef de l'Etat sillonne la France où il a déjà participé à une dizaine de rencontres avec des maires, citoyens ou encore des jeunes.