Gouvernement divisé, discussions avec les cultes... Dans les coulisses des annonces de Véran

, modifié à
  • A
  • A
Olivier Véran a présenté mercredi de nouvelles mesures contre le coronavirus. 1:18
Olivier Véran a présenté mercredi de nouvelles mesures contre le coronavirus. © ELIOT BLONDET / POOL / AFP
Partagez sur :
Alors que des divergences existent au gouvernement concernant la sévérité des mesures à adopter contre l'épidémie de coronavirus, le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu à annoncer lui-même les nouvelles règles. Une façon pour lui de réaffirmer son autorité, après avoir été mis sous pression lors d'un précédent Conseil de défense. 

Face au rebond de l'épidémie de coronavirus, le gouvernement serre la vis. Le ministre de la Santé Olivier Véran a ainsi dévoilé mercredi plusieurs mesure draconiennes, dont la fermeture des bars et restaurants à Marseille et en Guadeloupe. Mais tout n'est pas encore réglé, et il reste encore une marge de manœuvre aux acteurs locaux, notamment pour la question sensible des lieux de culte. 

Car en principe, l'annonce de la fermeture des salles de fêtes pour des rencontres associatives obligeraient les communautés juives à renoncer aux fêtes de Kippour ce week-end. Le consistoire négocie actuellement avec les autorités. Et c’est la même chose pour les autres religions, y compris à Marseille, où les lieux de culte ont été épargnés, ce qui n’est pas anodin concernant le culte musulman, alors que le ministère de l’Intérieur est en pleine préparation d'un projet de loi très délicat sur le séparatisme.

Véran tenait à présenter lui-même les mesures

Plus généralement, il existe de fortes divergences au sein du gouvernement entre ceux qui pensent qu'il ne faut pas hésiter à se montrer restrictif et ceux qui craignent que les Français, à bout de nerfs, n’acceptent pas ce nouveau tour de vis.  

Par ailleurs, Olivier Véran a tenu à endosser la responsabilité politique de ces annonces alors que la Préfecture de police voulait le faire. Pour le ministre de la Santé, c'est une question d'autorité, alors qu'il a été mis sous pression lors d’un précédent Conseil de défense à propos de la qualité du plan qu’il proposait. Matignon a finalement tranché : Olivier Véran a pu annoncer le tour de vis. 

Europe 1
Par Michaël Darmon, édité par Antoine Terrel