"Gilets jaunes" : pour Emmanuel Macron, "plier serait catastrophique" mais "bouger est devenu nécessaire"

  • A
  • A
3:00
© THIBAULT CAMUS / POOL / AP / AFP
Partagez sur :
L'AVIS DE - Interrogé par Wendy Bouchard sur Europe 1, Hervé Gattegno, spécialiste de la vie politique française, estime que l'ampleur de la gronde des "gilets jaunes" place Emmanuel Macron devant un dilemme inédit.
LE TOUR DE LA QUESTION

>> Les scènes de guérilla sur les Champs-Elysées ont fait le tour du monde. Trente personnes ont été blessées et 103 interpellées, samedi, en marge de la manifestation parisienne des "gilets jaunes", durant laquelle les manifestants ont notamment tenté de dresser des barricades sur la plus belle avenue du monde. Face à la grogne de ces Français, le président annoncera mardi une série de mesures, a fait savoir l'Elysée dans la soirée.

Pour Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du Journal du Dimanche, et invité lundi de Wendy Bouchard dans Le Tour de la question sur Europe 1, Emmanuel Macron va devoir se livrer à un jeu inédit d'équilibriste entre la fermeté qui caractérise sa présidence, et la réponse qu'appelle une colère devenue assourdissante.

>> De 9h à 11h, on fait le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l'émission ici

"Emmanuel Macron cherche le moyen de bouger sans plier. Plier serait catastrophique pour sa présidence. Bouger est devenu nécessaire face au mouvement des 'gilets jaunes'. Il faut qu'il montre qu'il l'a entendu et qu'il en tire les conséquences. Cela implique de surseoir - même s'il ne va probablement pas le présenter comme ça -, à un certain nombre de mesures écologiques. On a déjà appris qu'il y aura un ajournement de la taxe poids lourds et que le gouvernement renonce aux péages urbains.

L'exécutif va essayer de trouver un certain nombre de moyens pour encourager ce qu'il appelle 'les mobilités'. C'est-à-dire favoriser concrètement l'amélioration des transports dans les zones périurbaines : aider les régions à aider elle-même la SNCF à entretenir ses petites lignes, encourager dans les municipalités rurales le covoiturage, etc. Le gouvernement va essayer de faire un effort significatif, qui aille à la fois dans le sens de la transition énergétique et dans le sens du maintien du pouvoir d'achat. C'est une nouvelle version du 'et en même temps'. Le gouvernement a l'air d'y croire fortement.

Le président "donnera le cap sur la transition écologique", a également indiqué l'Elysée. Selon une information du JDD, il devrait ainsi annoncer la création d'un Haut conseil pour le climat". Il ne faut pas le réduire à un comité Théodule, - on peut espérer qu'il sera mieux que cela -, ni le réduire au seul moyen que le pouvoir aurait trouvé pour réduire ce problème. Ce sera une instance de concertation et de réflexion permanente pour conjuguer ces deux objectifs : la transition énergétique et le maintien du pouvoir d'achat pour les personnes les plus en difficultés, c'est-à-dire celles pour lesquels il est le plus difficile de se mettre aux nouvelles normes de la transition énergétique."

Europe 1
Par Edité par Romain David