"Gilets jaunes" : le chaos de samedi sur les Champs-Élysées a fait le tour du monde

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
De Singapour à la Jordanie en passant par le Pakistan, les images des dégradations lors du rassemblement des "gilets jaunes" samedi ont fait le tour des médias étrangers.

Des pavés descellés de la route, des barrières empilées au sol et des dizaines de camions de CRS sur la plus belle avenue du monde. Les images du rassemblement des "gilets jaunes" sur les Champs-Élysées samedi et les débordements qui ont suivi ont fait le tour du monde.

Une "guérilla", selon La Repubblica. Les chaînes de télévision russe, américaine, jordanienne, pakistanaise, canadienne ou encore mexicaine ont diffusé des images de l'avenue de Champs-Élysées samedi où 8.000 personnes s'étaient rassemblées. Le journal italien La Repubblica a même évoqué une "guérilla".

Des touristes inquiets. La BBC a assuré plusieurs directs depuis les Champs. Sur ces images, on voyait les violents affrontements qui ont opposé forces de l'ordre et personnes porteuses de "gilets jaunes". Des images de barricades, de gaz lacrymogènes, de pluies de pavés, de véhicules incendiés ou encore de manifestants interpellés.

"Jamais je n'aurais cru que cela arriverait sur les Champs-Élysées", a confié Andrew, un touriste américain, au micro d'Europe 1. "On pensait que ça se passait uniquement dans les banlieues, loin de Paris. Ça a été un gros événement. On a vu les images partout, même aux États-Unis." "C'est là que vit ma mère", a expliqué Ashley, qui accompagnait Andrew à Paris. "Elle nous a envoyé des textos pour savoir si on allait bien car elle a vu les images violentes à la télé. Elle a été rassurée quand on lui a dit qu'on n'y était pas."

De nombreux dégâts matériels. Une grue a été brûlée, des véhicules incendiés, une devanture de café a pris feu et le mobilier de certaines terrasses de restaurants ont servi à élever des barricades. Les heurts ont fait 24 blessés, dont cinq côté forces de l'ordre. Cent trois personnes ont été interpellées, dont 101 ont été placées en garde à vue, selon la Préfecture de police. Un homme de 27 ans est notamment soupçonné d'avoir "gravement blessé à l’œil" un policier "par un jet d'écrous" près de la place de l'Étoile, lors de la dispersion des manifestants dans la soirée. Sur l'ensemble de la France, 106.301 personnes se sont mobilisées samedi.