Fonction publique : huit syndicats demandent à Édouard Philippe de suspendre le projet de loi

, modifié à
  • A
  • A
Édouard Philippe
Les syndicats demandent à Édouard Philippe la suspension du projet de loi sur la fonction publique. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Les huit syndicats de la fonction publique rappellent par ailleurs leur opposition à l'ensemble du projet de loi sur la fonction publique.

Huit organisations de fonctionnaires demandent mardi au Premier ministre Édouard Philippe de "suspendre" le temps du grand débat le projet de loi sur la fonction publique qui doit être présenté jeudi par le secrétaire d'État Olivier Dussopt.

La question de la réorganisation de l'État au cœur du grand débat. "Au moment du grand débat national, où il sera notamment question de la réorganisation de l'État, nos organisations syndicales demandent la suspension du projet de loi relatif à la Fonction publique et des processus engagés sur la réforme de l'État", écrivent les organisations CGT, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires, FA-FP, CFE-CGC et CFTC de la fonction publique dans une lettre adressée au chef du gouvernement. 

Assurant avoir déjà prévu "diverses initiatives pour permettre à tous les agents d'intervenir et d'agir afin de peser", les huit syndicats rappellent leur opposition à l'ensemble du projet, qui doit passer fin mars en conseil des ministres.

Demande de "revalorisation salariale". "À l'inverse des suppressions d'emplois et d'un recours accru au contrat tels qu'envisagés par le gouvernement, nos organisations syndicales jugent indispensable la création d'emplois statutaires dans tous les services qui en ont besoin", assurent-ils. Ils demandent également une "revalorisation salariale", selon eux "d'autant plus attendue que, depuis son arrivée, le gouvernement a accumulé les mesures négatives", comme le gel du point d'indice ou le rétablissement du jour de carence. Lancée dès l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée, la réforme de la fonction publique a donné lieu à des dizaines d'heures de concertation que les syndicats ont systématiquement dénoncées comme stériles.