Évacuation d'un campement de migrants à Paris : Darmanin évoque des images "choquantes"

, modifié à
  • A
  • A
Police migrants République
La police a fait évacuer lundi soir un campement de migrants place de la République, à Paris. © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :
Plusieurs centaines de migrants, en errance depuis l'évacuation d'un important camp d'exilés la semaine dernière, ont monté lundi un nouveau campement dans le centre de Paris. Les forces de l'ordre l'ont démantelé sans ménagement dans la soirée en faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

Le démantèlement par les forces de l'ordre d'un campement de migrants à Paris, à peine monté lundi soir, a donné lieu à des images "choquantes", a écrit le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui a demandé un "rapport" au préfet de police.

Darmanin promet des "décisions"

"Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes. Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d'ici demain midi. Je prendrai des décisions dès sa réception", a-t-il écrit sur Twitter.

Plusieurs centaines de migrants, en errance depuis l'évacuation d'un important camp d'exilés la semaine dernière, ont monté lundi un nouveau campement dans le centre de Paris, que les forces de l'ordre ont démantelé sans ménagement dans la soirée en faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

"Spectacle lamentable"

En moins de deux minutes, environ 500 tentes bleues se sont déployées sous la statue de la République, vite investie par des centaines d'exilés, pour l'écrasante majorité originaires d'Afghanistan. C'est finalement sous les tirs de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement que quelques centaines d'exilés et leurs soutiens ont finalement été dispersés par les forces de l'ordre dans les rues de l'hypercentre de Paris. 

"L'État donne de lui-même un spectacle lamentable" en apportant "une réponse policière à une situation sociale", a commenté auprès de l'AFP Ian Brossat, adjoint de la mairie de Paris en charge notamment de l'accueil des réfugiés.

"La constitution de tels campements, organisée par certaines associations, n'est pas acceptable. La préfecture de Police a donc procédé immédiatement à la dispersion de cette occupation illicite de l'espace public", ont indiqué dans un communiqué conjoint la Préfecture de police et celle de la région Ile-de-France (Prif), qui gère les opérations de mise à l'abri.