Elisabeth Borne à Marrakech : un délégué Sud-Rail dénonce "la stratégie de pourrissement" du gouvernement

  • A
  • A
Partie en vacances au Maroc, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne s'attire les foudres des syndicats 1:09
Partie en vacances au Maroc, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne s'attire les foudres des syndicats © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Les vacances de la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne à Marrakech passent mal. Eric Meyer, délégué syndical Sud-Rail, dénonce "la stratégie du pourrissement" du gouvernement, alors que la France vit jeudi sa 22e journée de grève consécutive. 

Elle a beau avoir payé personnellement ce séjour de quelques jours sous le soleil du Maroc, les vacances de la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne laissent un goût amer dans la bouche des opposants à la réforme des retraites. La pilule ne passe carrément pas pour Eric Meyer en ce 22e jour de contestation. Le délégué syndical Sud-Rail, loin de partagé l'avis du député LREM Roland Lescure, ou du Président du groupe UDI à l'Assemblée Jean-Christophe Lagarde, dénonce sur Europe 1 jeudi matin "la stratégie de pourrissement" du gouvernement face "à un mouvement de grève historique dans les transports".

"Une preuve de plus"

En prenant connaissance du lieu de villégiature de la ministre de la Transition écologique, qui a la tutelle des transports, Eric Meyer n'a pas vraiment été surpris. Cela l'a même conforté dans son idée que le gouvernement cherche par tous les moyens à faire s'enliser le conflit. "Après la stratégie de la stigmatisation sur les avantages des cheminots et des traminots, après la stratégie de la culpabilisation sur la trêve de Noël, on fait face à la stratégie du pourrissement", déplore le syndicaliste. "Ce n'est qu'une preuve de plus que l'on est bien là-dedans", selon lui. 

Le message du délégué Sud-Rail est on ne peut plus clair. Et cela n'a rien de rassurant pour les usagers des transports en commun, toujours privés jeudi d'un TGV sur deux, de plus de la moitié des TER et d'au moins quatre lignes de métro à Paris, alors que se profile une nouvelle journée d'action interprofessionnelle le 9 janvier 2020, deux jours après la reprise des discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux sur la question de la réforme des retraites. 

Europe 1
Par Cédric Chasseur, avec Olivier Samain